La BRB met la main sur les devises des personnes morales, PARCEM en voit une crise


Le 02 octobre2015, la Banque de le République du Burundi (BRB) sort une note informant toutes les banques que les retraits en devises ne sont plus autorisés pour des personnes morales, l’organisation Parole et réveil pour l’évolution et changement des mentalités (PARCEM) parle d’une crise sans précédent de devises dans le pays.



Par: Isanganiro , jeudi 8 octobre 2015  à 09 : 45 : 27
a

« C’est une démonstration sans ambages d’une crise de devises ! Le gouvernement essaie de récupérer la plupart de devises qui entrent dans le pays pour combler le vide créé par la rétention des fonds par les bailleurs de fonds », dit le président de la PARCEM. 

Faustin NDIKUMANA indique que la balance commerciale est fortement déficitaire. Le peu de devises que l’Etat tire de l’exportation du café et des minerais et celles qui sont envoyées par la diaspora ne peuvent pas suffire pour ses besoins en devises.

La récupération des devises des organisations privées va avoir comme conséquence, la fuite des capitaux, dit le président de la PARCEM. Les opérateurs privés vont migrer vers les pays voisins et ou y ouvrir des comptes pour les transactions.

« La crise de devises va plonger d’avantage dans des problèmes économiques car les institutions burundaises étaient mal cotées en matière de bonne gouvernance », s’indigne le président de la PARCEM.

Faustin NDIKUMANA estime que la solution ne peut être que politique. Le gouvernement doit faire le choix, s’il faut dialoguer, dialoguer ; s’il doit négocier, négocier pour se doter des institutions crédibles qui inspirent confiance auprès des bailleurs de fonds. La dépendance du Burundi aux appuis budgétaires ne lui laisse pas un autre choix, ajoute le président de la PARCEM




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

513 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  jeudi 8 octobre 2015   à 14 : 47 : 23

Tiens ! Tiens !
BRB et negociations n’ont rien en commun.
Ici je me dis que ce monsieur n’a pas lu la lettre et les references dont il est question.
je sens tout simpliment de la politique ici.
LE CHANGEMENT DE MENTALITE DOIT COMMENCER PAR SOI !!!



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 26 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 17 %)

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 13 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 9 %)

Les hôtels burundais en phase de réanimation,(popularité : 6 %)

La vie chère est une triste réalité l’Archevêque de Bujumbura, Mgr Ngoyagoye déplore ,(popularité : 6 %)

Burundi : La Regideso hausse le prix du courant électrique ,(popularité : 5 %)

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié ,(popularité : 3 %)

Une des campagnes clés pour la transparence économique,(popularité : 3 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 3 %)