La BRB met la main sur les devises des personnes morales, PARCEM en voit une crise


Le 02 octobre2015, la Banque de le République du Burundi (BRB) sort une note informant toutes les banques que les retraits en devises ne sont plus autorisés pour des personnes morales, l’organisation Parole et réveil pour l’évolution et changement des mentalités (PARCEM) parle d’une crise sans précédent de devises dans le pays.



Par: Isanganiro , jeudi 8 octobre 2015  à 09 : 45 : 27
a

« C’est une démonstration sans ambages d’une crise de devises ! Le gouvernement essaie de récupérer la plupart de devises qui entrent dans le pays pour combler le vide créé par la rétention des fonds par les bailleurs de fonds », dit le président de la PARCEM. 

Faustin NDIKUMANA indique que la balance commerciale est fortement déficitaire. Le peu de devises que l’Etat tire de l’exportation du café et des minerais et celles qui sont envoyées par la diaspora ne peuvent pas suffire pour ses besoins en devises.

La récupération des devises des organisations privées va avoir comme conséquence, la fuite des capitaux, dit le président de la PARCEM. Les opérateurs privés vont migrer vers les pays voisins et ou y ouvrir des comptes pour les transactions.

« La crise de devises va plonger d’avantage dans des problèmes économiques car les institutions burundaises étaient mal cotées en matière de bonne gouvernance », s’indigne le président de la PARCEM.

Faustin NDIKUMANA estime que la solution ne peut être que politique. Le gouvernement doit faire le choix, s’il faut dialoguer, dialoguer ; s’il doit négocier, négocier pour se doter des institutions crédibles qui inspirent confiance auprès des bailleurs de fonds. La dépendance du Burundi aux appuis budgétaires ne lui laisse pas un autre choix, ajoute le président de la PARCEM




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

501 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  jeudi 8 octobre 2015   à 14 : 47 : 23

Tiens ! Tiens !
BRB et negociations n’ont rien en commun.
Ici je me dis que ce monsieur n’a pas lu la lettre et les references dont il est question.
je sens tout simpliment de la politique ici.
LE CHANGEMENT DE MENTALITE DOIT COMMENCER PAR SOI !!!



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout



a

Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi



a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »





Les plus populaires
Burundi : Des Etats Généraux des Assurances se retrouvent à Ngozi ,(popularité : 15 %)

Burundi : Muyinga fait face à la pénurie du Mazout ,(popularité : 11 %)

Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 6 %)

Les victimes des intrigues bancaires dans le désarroi ,(popularité : 4 %)

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !,(popularité : 4 %)

Gitega : Vers la reprise d’un manque criant du carburant ?,(popularité : 3 %)

Muyinga/Les commerçants reconstruisent eux-mêmes les marchés,(popularité : 3 %)

Le parlement renvoie au gouvernement le projet de loi sur le payement des impôts des cadres de l’Etat ; les indignés se dévoilent ,(popularité : 3 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 3 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)