L’isolement de 28 présumés putschistes jugé illégal


Depuis ce mercredi le 07 octobre 2015, 28 présumés putschistes du coup d’état manqué du 13 mai 2015 sont en isolement dans la prison centrale de Gitega. La défense dénonce une violation de la loi.



Par: Isanganiro , jeudi 8 octobre 2015  à 13 : 55 : 12
a

Selon maitre Fabien SEGATWA, avocat de 3 des 28 détenus isolés, la loi n’autorise que deux motifs pour mettre en isolement un détenu ; et aucun ne semble être le cas.

Le premier, c’est lorsque le Ministère Public arrête une personne, il peut dans les premiers jours ordonner une mise en isolement pour que l’extérieur n’influe pas sur l’instruction. Après 5 mois de détention et de visite, cette mesure est inopportune. Le second motif, ajoute l’avocat, c’est quand un détenu commet une faute répréhensible. Il est, martèle-t-il, inconcevable que les 28 prisonniers aient commis des infractions en même temps.

Fabien SEGATWA indique que l’autorisation de limiter les droits des détenus, demandée par le Ministère Public, devait être accordée par une ordonnance du juge de la détention. Il regrette que les avocats de la défense n’aient pas encore, jusqu’ici, eu accès aux dossiers de leurs clients.

5 mois de détention préventive

« Ils sont dans une détention préventive illégale ! », s’indigne l’avocat de la défense. Depuis que nos clients ont été arrêtés, il y a 5 mois, ils n’ont pas vu le juge pour infirmation ou confirmation de leur détentions ». Il ajoute que la procédure de détention préventive n’a pas été respectée, les 15 jours prévus par la loi sont largement dépassés.

Maintenant que tous les présumés putschistes sont détenus ensemble, maitre Fabien SEGATWA s’interroge pourquoi le juge ne pourrait pas se rendre à Gitega pour qu’il puisse statuer et dire si les restrictions des libertés et la détention des 28 sont légales ou pas.

A l’heure actuelle, Fabien SEGATWA estime que la justice devrait ramener ses clients et leurs coaccusés devant le juge pour que les avocats puissent lui soumettre les violations que leurs clients souffrent et ramener à l’ordre le Ministère Public pour qu’il cesse de restreindre les libertés de leurs client. Sinon, conclue Maitre Fabien SEGATWA, ce serait de l’arbitraire.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

367 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 9 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 8 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 7 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 7 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 7 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 6 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 6 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 6 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 5 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 5 %)