Bubanza/ Des arrestations arbitraires


Un certain Arcade Bikorimana de la colline Buringa en commune Gihanga vient de passer deux jours au cachot de police judiciaire. Arrêté sans aucun document confirmant l’arrestation, il est accusé d’avoir participé aux manifestations d’avril à Bujumbura et d’appartenir aux groupes rebelles. Aussi, Nduwayo, en conflit foncier avec son père, a échappé de justesse à la mort ce vendredi alors qu’il était en train de repiquer le riz dans un terrain en discorde, son père y a dépêche des policiers qui ont tiré plusieurs balles qui ont raté leur cible et la victime a été attrapé et conduit au cachot a Bubanza.



Par: Isanganiro , samedi 10 octobre 2015  à 21 : 41 : 01
a

Les habitants de la colline Buringa ne comprennent pas comment les policiers peuvent arrêter quelqu’un sans mandat d’amener ni avis de recherche alors que lui il clame innocence.

« C’est vraiment étonnant d’attraper une personne comme un assaillant et de l’accuser de tous les maux, seulement parce qu’elle a été absente dans sa famille durant un certain temps, pourtant, je suis sûr et certain que mon petit frère s’était rendu voir une parente en Ouganda », se lamentait le grand frère du détenu rencontré devant le portail des cachots de police à Gihanga ce vendredi.

Arcade Bikorimana a passé deux mois hors du pays et de retour, il a été suspecté par les jeunes imbonerakure de la même colline. Il venait de passer trois semaines à Buringa au moment où on a commencé à l’accuser d’avoir participé aux manifestations du mois d’avril à Bujumbura contre le troisième mandat du président Nkurunziza.

Apres les manifestations, il est également accusé d’avoir rejoint les groupes rebelles, et d’avoir une main dans une attaque rebelle perpétrée à Buringa le mois passé. C’est ainsi qu’il s’est vu attrapé ce jeudi soir à son domicile.

Les policiers qui l’ont attrapé ne lui ont montré aucun papier, ni avis de recherche, ni mandat d’amener selon les membres de sa famille, ce qui est également confirmé par certains administratifs à la base. Une femme élue sur la même colline estime que ce jeune homme chômeur serait aussi victime d’être membre du pari MSD. Au cachot, il n’a pas encore subi d’interrogatoire jusqu’aujourd’hui.

Par ailleurs, un autre jeune homme qui répond au nom de Nahimana est détenu à la prison centrale de Bubanza il y a un mois. Il est aussi accusé d’avoir participé aux manifestations contre le troisième mandat du président Nkurunziza.

Une autre personne qui dit avoir été arrêtée injustement est un certain Nduwayo, fils de Ryezekare Simon, en conflit d’une propriété foncière sise à Kizina en commune Gihanga. Alors que ce jeune homme s’était levé de bonne heure pour repiquer le riz ce vendredi, il s’est retrouvé encerclé par des policiers amenés par son père. Ila essayé de fuir et on a tiré plusieurs balles pour l’arrêter. Il a été finalement attrapé et conduit manu militari au cachot de police judiciaire à Bubanza, ce que déplorent les défenseurs des droits humains œuvrant dans cette province de Bubanza.

Pour toutes ces arrestations jugées arbitraires et abusives par les victimes et les défenseurs des droits humains, les sources policières parlent des raisons d’enquêtes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

403 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 27 %)

Assassinat Agnès Dury : L’honorable Moise Bucumi devant la commission rogatoire française en mars,(popularité : 22 %)

Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 21 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 21 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 21 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 20 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 18 %)

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré,(popularité : 17 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 16 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 16 %)