Valorisation des biens du parti UPRONA, des U .F.B de Buyenzi grognent


Destruction ce jeudi matin de la toiture d’une maison servant de stock pour des femmes du parti UPRONA réunies dans une association qui produit et vend de la farine de manioc près de la zone Buyenzi au numéro 26. Les bénéficiaires - des UFB - grognent. La permanence nationale de ce parti parle de nécessité d’exploitation de ses biens.



Par: Isanganiro , vendredi 16 octobre 2015  à 19 : 01 : 13
a

Sous l’œil vigilant d’un mudasigana de Kumugumya à la permanence nationale du parti de Rwagasore et du chef de poste de la zone Buyenzi, les tôles couvrant le toit d’une maison non loin du chef-lieu de la zone Buyenzi ont été arrachées et mises de côté.

La maison appartient à l’Uprona. Depuis la Deuxième république, elle sert de stock et de lieu de commercialisation de farine par des femmes membres de l’UFB, l’Union des Femmes Burundaises, mouvement intégré au parti de Rwagasore. Ces femmes sont donc chassées par une mesure de la hiérarchie uproniste ; parce qu’elles ne partagent pas l’opinion politique avec la représentation actuelle du parti, d’après Selon Sada Hakizimana, présidente de l’association. Ce que réfute l’UPRONA.

Cette mesure de déloger ces femmes de l’Union des Femmes Burundaises (UFB) n’est pas du tout politique, précise le secrétaire permanent du parti UPRONA, qui confirme qu’une fois l’endroit transformé, valorisé, ces femmes seront prioritaires comme attributaires parmi les futurs locataires.

Selon toujours Jean Bosco Wakana, ces dames ont refusé de déménager vers le quartier Jabe en zone Bwiza dans un autre espace appartenant à l’ancien parti unique, bien qu’un délai relativement long leur ait été offert.

En attendant, les interprétations divergent entre la direction du parti et les femmes qui ont des décennies durant exploité l’espace litigieux.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

419 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
L’ISTEBU valide la stratégie nationale de la statistique 2016-2020,(popularité : 13 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 11 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 10 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 7 %)

Le saignement chez la femme : Un problème de décollement placentaire,(popularité : 7 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Un dernier redéploiement des enseignants ?,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 7 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 7 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 6 %)