L’Union Africaine veut les sanctions contre les meneurs des troubles


Le Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine se dit préoccupé par l’insécurité croissante et la montée continue de la violence au Burundi, ainsi que la multiplication des atteintes aux droits de l’homme. Dans son communique marquant la 551e réunion, ce Conseil exprime sa détermination à assurer que les auteurs de ces exactions rendent compte de leurs actes devant la justice.



Par: Isanganiro , lundi 19 octobre 2015  à 13 : 57 : 27
a

Le CPS de l’UA constate une dégradation de l’état sécuritaire au Burundi. Dans son communique du 17 Octobre courant, le même Conseil note aussi la multiplication des atteintes aux droits de l’homme, ainsi que la prévalence de l’impunité. Il enregistre autant l’aggravation continue de la situation humanitaire, marquée par l’augmentation du nombre des Burundais refugiant dans les pays voisins.

Cet organe de l’UA estime que les responsables de ces troubles doivent être sanctionnés. Il a aussi décidé d’imposer des sanctions ciblées, y compris des interdictions de voyage et gels d’avoirs, contre tous les acteurs burundais dont l’action et les propos contribuent à la persistance de la violence et entravant la recherche d’une solution. « Le Conseil prie la Commission de compiler d’urgence une liste d’individus et entités du Burundi devant être vises pour ces sanctions.

Pour le CPS de l’UA, la situation qui prévaut au Burundi porte en elle le risque d’une remise en cause grave des acquis considérables enregistrés grâce à l’Accord d’Arusha, « avec des conséquences dévastatrices pour le Burundi et dans la sous-région ». Il compte même augmenter le nombre de ses observateurs des droits de l’homme et experts militaires de l’UA dans le pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

200 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Plus de 80 ONGs étrangères cèdent aux obligations du conseil national de sécurité



a

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI



a

Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité"



a

Pourquoi s’acharner au candidat du Cndd-Fdd, s’interroge le SG



a

Le Burundi face à deux capitales



a

Burundi : ONGE Avocats Sans Frontiers ferme son bureau à Bujumbura



a

Coopération : Conflit burundo-rwandais, un casse-tête pour la CIRGL



a

Le président Nkurunziza réclame un Sommet extraordinaire de l’EAC



a

Justice : Le dossier Ndadaye refait surface



a

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR





Les plus populaires
Mutimbuzi : Destitution de l’administrateur pour son "intégrité",(popularité : 10 %)

Loi sur la presse : l’Eglise catholique plaide pour l’harmonisation des points de vue ,(popularité : 9 %)

Les acteurs de la vie du pays ont besoin d’être écoutés ,(popularité : 6 %)

L’Uprona de Kumugumya cautionnerait les décisions du CNDD FDD ,(popularité : 6 %)

FORSC : L’Unité Nationale se cherche encore,(popularité : 6 %)

Nyanza Lac vit aussi la dense de certains imbonerakure ,(popularité : 6 %)

Kayanza : Les débats pour les élections de 2015 au deuxième jour,(popularité : 6 %)

Les relations sino-Burundaise sont bonnes ,(popularité : 6 %)

L’ Uprona de la réhabilitation réclame un sursaut patriotique ,(popularité : 6 %)

L’UE prête à accompagner les élections de 2015,(popularité : 6 %)