Burundi : L’UA demande un dialogue inclusif, le gouvernement dit oui mais pose des conditions


La recrudescence de violences au Burundi fait bouger les positions. Le pouvoir de Bujumbura converge avec les organisations régionales et internationales sur la nécessité d’un dialogue, mais diverge sur la ville où il doit se dérouler.



Par: Isanganiro , lundi 19 octobre 2015  à 19 : 13 : 24
a

« Nous sommes prêts à rencontrer tous les burundais qu’ils soient au Burundi ou à l’étranger », affirme le ministre burundais chargé des relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe. S’exprimant à l’antenne de la RFI (Radio France Internationale) dimanche 18 octobre, il réagissait sur la déclaration de l’Union Africaine appelant le gouvernement burundais à entamer d’urgence un dialogue inclusif en vue de trouver une solution consensuelle à la crise.

L’UA via son Conseil Paix et Sécurité (CPS) recommande la reprise immédiate de la médiation conduite par le président ougandais Yoweri Museveni. Le gouvernement et les autres acteurs concernés doivent apporter leur entière coopération à la médiation qui doit se tenir à Kampala ou à Addis-Abeba, souligne le Conseil, dans un communiqué sorti le 17 octobre. L’Union Européenne soutient aussi l’annonce du lancement d’un dialogue ouvert à l’extérieur du Burundi.

Le lieu du dialogue constitue un point d’achoppement entre l’UA et le gouvernement du Burundi. Le ministre Nyamitwe estime que le choix de la ville doit aussi être objet de discussions. « Nous sommes absolument désolés qu’on impose une ville. Ça ne se fait pas. Parce qu’ici, même la ville est objet de discussions, de négociations ».

La décision du Conseil Paix et Sécurité de l’UA sur la reprise urgente du dialogue au Burundi intervient à la suite des appels de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs(CIRGL) et ceux des Etats Unies. Ils s’inquiètent de la violence quotidienne banalisée au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

384 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  mardi 20 octobre 2015   à 09 : 26 : 25

l’Uganda et l’Afrique du Sud peuvent constituer une unite de protection pour les politiciens qui se sentent en danger a Bujumbura et continuer a negocier a Bujumbura. De cette maniere ils seront tous a cote de la population qui souffre beaucoup de la crise



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 29 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 14 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 10 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 9 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 9 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 8 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 8 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 8 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 8 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 8 %)