Burundi : L’UA demande un dialogue inclusif, le gouvernement dit oui mais pose des conditions


La recrudescence de violences au Burundi fait bouger les positions. Le pouvoir de Bujumbura converge avec les organisations régionales et internationales sur la nécessité d’un dialogue, mais diverge sur la ville où il doit se dérouler.



Par: Isanganiro , lundi 19 octobre 2015  à 19 : 13 : 24
a

« Nous sommes prêts à rencontrer tous les burundais qu’ils soient au Burundi ou à l’étranger », affirme le ministre burundais chargé des relations extérieures, Alain Aimé Nyamitwe. S’exprimant à l’antenne de la RFI (Radio France Internationale) dimanche 18 octobre, il réagissait sur la déclaration de l’Union Africaine appelant le gouvernement burundais à entamer d’urgence un dialogue inclusif en vue de trouver une solution consensuelle à la crise.

L’UA via son Conseil Paix et Sécurité (CPS) recommande la reprise immédiate de la médiation conduite par le président ougandais Yoweri Museveni. Le gouvernement et les autres acteurs concernés doivent apporter leur entière coopération à la médiation qui doit se tenir à Kampala ou à Addis-Abeba, souligne le Conseil, dans un communiqué sorti le 17 octobre. L’Union Européenne soutient aussi l’annonce du lancement d’un dialogue ouvert à l’extérieur du Burundi.

Le lieu du dialogue constitue un point d’achoppement entre l’UA et le gouvernement du Burundi. Le ministre Nyamitwe estime que le choix de la ville doit aussi être objet de discussions. « Nous sommes absolument désolés qu’on impose une ville. Ça ne se fait pas. Parce qu’ici, même la ville est objet de discussions, de négociations ».

La décision du Conseil Paix et Sécurité de l’UA sur la reprise urgente du dialogue au Burundi intervient à la suite des appels de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs(CIRGL) et ceux des Etats Unies. Ils s’inquiètent de la violence quotidienne banalisée au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

351 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par   ce  mardi 20 octobre 2015   à 09 : 26 : 25

l’Uganda et l’Afrique du Sud peuvent constituer une unite de protection pour les politiciens qui se sentent en danger a Bujumbura et continuer a negocier a Bujumbura. De cette maniere ils seront tous a cote de la population qui souffre beaucoup de la crise



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions



a

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques



a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !





Les plus populaires
Bururi : l’admicom de Mugamba suspendu dans ses fonctions,(popularité : 100 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 29 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

La commune Giharo a un nouvel administrateur,(popularité : 3 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 2 %)

Divergeances sur le retour des restes du roi Mwambutsa IV au sein de sa famille ,(popularité : 2 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 2 %)

Le torchon brûle entre militants du CNDD-FDD en Commune de Muyinga,(popularité : 2 %)

Burundi : Fin des 8 mois pour la proposition des articles de la constitution à amender ; le rapport toujours tenu secret ,(popularité : 2 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 2 %)