Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Qui est Melchior Ndadaye


Homme d’Etat burundais, né le 28 mars 1953 à Nyabihanga, province de Muramvya, tué à 40 ans lors d’une tentative de coup d’Etat du 21 octobre 1993 à Bujumbura.



Par: Isanganiro , mardi 20 octobre 2015  à 11 : 24 : 31
a

Fils de Pie Ndadaye et Thérèse Bandushubwenge, Melchior Ndadaye était l’aîné de dix enfants, dont sept encore en vie au jour de son assassinat (trois frères et quatre sœurs). Il était marié à Laurence Nininahazwe, avec laquelle il a eu trois enfants : Guéva, Tika et Libertas.

De 1966 à 1972, il a fréquenté l’École normale de Gitega, qu’il a dû quitter en 1972 à la suite des événements dramatiques qui secouaient son pays natal, pour se réfugier au Rwanda, où il a parachevé ses études secondaires à Butare, jusqu’en 1975, avant de fréquenter la Faculté des Sciences de l’Éducation de l’Université Nationale du Rwanda, toujours à Butare.

De 1987 à 1992, alors qu’il était en pleine activité professionnelle, Melchior Ndadaye a suivi une formation bancaire à l’Institut des Techniques de Banque du Conservatoire national des arts et métiers, en France.

Melchior Ndadaye participe à la création, le 3 janvier 1976, du Mouvement des Étudiants Progressistes Barundi au Rwanda (BAMPERE), dont il est président jusqu’en 1979.

En août 1979, il participe à la fondation du Parti des Travailleurs du Burundi (UBU), qu’il quittera en 1983, à la suite de divergences de vue au sein de BAMPERE sur les stratégies à adopter pour renforcer le mouvement démocratique au Burundi.

De retour au Burundi le 5 septembre 1983, Ndadaye travaille dans un centre neurologique et psychiatrique avant de devenir responsable de formation au sein de la coopérative d’épargne et de crédit. Après avoir passé cinq ans à ce poste, il se lance dans des études bancaires par correspondance. Nommé conseiller auprès du ministère du Développement rural en 1989, il travaille dès lors à la banque Méridien BIAO jusqu’en 1993.

En 1986, Melchior Ndadaye fut l’un des principaux membres fondateurs du Front pour la démocratie au Burundi (FRODEBU) (Sahwanya-Frodebu), parti à l’origine clandestin, officialisé en 1991, qu’il présida jusqu’à sa victoire électorale aux élections présidentielle et législatives des 1er et 29 juin 1993.

Premier Secrétaire de l’Union des Travailleurs du Burundi (UTB) dans la province de Gitega, il est emprisonné, pour des motifs politiques, du 28 octobre au 28 décembre 1988, à la suite de son intervention au cours d’une réunion convoquée par le gouverneur de Gitega, le 23 octobre 1988, au sujet des troubles de Ntega et Marangara.

Désigné le 18 avril 1993, lors d’un Congrès extraordinaire comme candidat de son parti à l’élection présidentielle, Melchior Ndadaye sera soutenu par trois autres partis : le PP, le RPB et le PL.

Le 1er juin 1993, Melchior Ndadaye (FRODEBU) remporte, dès le premier tour, la première élection présidentielle au suffrage universel de l’histoire du Burundi, en ayant obtenu 64,79 % des suffrages, contre 32,47 % au candidat de l’UPRONA l’Union pour le progrès national, Pierre Buyoya et seulement 1,44 % au candidat du PRP, Pierre-Claver Sendegeya, arrivé en troisième position.

C’est dans la nuit du 21 octobre 1993 que le malheur s’est abattu sur le pays. Melchior Ndadaye, premier président démocratiquement élu ainsi que certains de ses proches collaborateurs sont assassinés par un groupe de militaires qui veut prendre le pouvoir par la force. Des centaines de milliers de citoyens périront par la suite dans la guerre inter Burundais qui s’en est suivie.

Vingt deux ans après, la justice burundaise n’a toujours pas identifié ni traduit en justice les assassins de Ndadaye Melchior.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

597 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 45 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 12 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 10 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 10 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 10 %)

Burundi : L’assemblée nationale renouvelle l’équipe de la CVR,(popularité : 10 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 9 %)

Vers la restriction des libertés publiques ,(popularité : 9 %)

Politique : L’Eglise catholique contre la contribution forcée aux élections,(popularité : 9 %)

Le chef des Renseignements burundais remplacé,(popularité : 9 %)