Dossier Esdras Ndikumana : “Nous ignorons si les enquêtes ont déjà commencé ”


Ce lundi 19 octobre, le journaliste Esdras Ndikumana a saisi le Parquet Général de la République sur des tortures subies du SNR en date du 02 Août 2015, dans la foulée de l’assassinat du Général Adolphe Nshimirimana. La Présidence de la République avait sorti, quelques jours après, un communiqué où il promettait de poursuivre et sanctionner les auteurs du supplice.



Par: Isanganiro , mardi 20 octobre 2015  à 14 : 27 : 37
a

Le Parquet Général de la République est, dès ce lundi 19 Octobre, saisi du dossier du journaliste Esdras Ndikumana, correspondant de Radio France Internationale (Rfi), et de l’Agence Françe Presse (Afp). Plus de deux mois après que ce journaliste ait été torturé, son Avocat précise que son client est conscient que le Procureur Général pourra dire le droit quant à leur requête, mais ignore si les enquêtes sont en cours

Maitre Fabien Segatwa dit avoir quelques inquiétudes. Il estime que le contexte actuel n’est pas favorable pour mener les enquêtes, dans un pays où la criminalité est devenue monnaie courante. Si déjà il n’y a pas d’enquêtes pour les gens qui sont assassinés à gauche à droite, « je vois mal comment on peut s’empresser pour celui qui a subi des tortures », a-t-il martelé.

Pourtant, selon toujours l’Avocat de la défense, les tortures étaient très graves et faits par des agents de l’Etat. Il pense que l’Etat doit tout faire pour que ses services puissent respecter la loi : "Vu que le Gouvernement du Burundi a ratifié la Convention internationale contre la torture, ce n’est pas donc dans ses services qu’on devrait déplorer les tortures. Ce serait très dommage". Maitre Segatwa fonde aussi ses espoirs sur la promesse le Président de la République qui a annoncé que les auteurs des tortures contre son client seraient identifiés et poursuivies.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

258 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
Evaluation de la situation des droits de l’homme à Genève en janvier en 2013 ,(popularité : 3 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 3 %)

Bientôt un projet de loi pour lutter contre les violences basées sur le genre,(popularité : 3 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 3 %)

Karusi : La justice acquitte le policier Augustin Bigirindavyi, auteur présumé d’attentat meurtrier,(popularité : 3 %)

Journaliste Hassan Ruvakuki : 200 jours d’incarceration et de combat pour sa libération ,(popularité : 2 %)

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi,(popularité : 2 %)

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 2 %)

Carnage de Gatumba : le jugement tombe « à huis clos »,(popularité : 2 %)

Primée pour son implication dans la défense de droits de l’homme,(popularité : 2 %)