Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba




Par: Isanganiro , mercredi 21 octobre 2015  à 17 : 25 : 42
a

L’association AC Génocide Cirimoso indique qu’elle va saisir les juridictions internationales pour faire punir les auteurs des massacres des élèves du Lycée Kibimba et les autres crimes commis lors de la crise de 1993 et ceux d’aujourd’hui. Ceci est dit par le secrétaire exécutif de cette association au monument des élèves du lycée Kibimba, Térence Mushano.

Selon ce secrétaire exécutif, la justice burundaise n’est pas indépendante et neutre. Cette association demande à la justice burundaise de garantir l’équité à tous les burundais.

Pour le représentant des parents des enfants de Kibimba tués, Simon Suguru, ils viennent là-bas afin de prier pour leurs enfants victimes de la haine ethnique. Il demande à ces parents de ne pas oublier ce drame afin d’y tirer une leçon. Selon lui, Kibimba doit être un centre de sensibilisation et de lutte contre toute idéologie de haine.

Le représentant de ces parents demande au gouvernement burundais de dialoguer sans tarder avec les opposants qui ont fui le pays pour arrêter le bain de sang qui coule à Bujumbura.

Le prêtre qui a célébré la messe a demandé à ceux qui étaient présents de dépasser leur douleur et pardonner les auteurs de ce crime afin de ne pas tomber dans le piège des bourreaux.

Un rescapé de cette tragédie, Felix Niyonkuru, a indiqué dans son témoignage qu’ils étaient à peu près 200 élèves et que seuls 8 élèves en sont sortis vivants. Pour lui, ce qui s’y est passé est inhumain.

Ferdinand Ntatangwa, représentant des rescapés, indique que les survivants vont témoigner devant les juridictions internationales afin que les coupables soient connus et condamnés.

Quant au représentant du président de l’AC génocide Cirimoso, Lothaire Niyonkuru, il a rappelé que ces enfants ne sont pas morts à cause d’une maladie mais qu’ils ont été tués par des ennemis du pays épris d’un sentiment de haine.

Parmi les présumés auteurs de ce massacre, seul le directeur du lycée à l’époque a été condamné.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

395 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage



a

Karusi : une mère et ses trois enfants accueillis au bureau du CDFC



a

L’Aïd el-Fitr : les leaders appellent à l’unité des musulmans à l’approche des élections de 2020





Les plus populaires
Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 17 %)

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive ,(popularité : 6 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 6 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 6 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 6 %)

Père Noel donne la joie aux touts petits,(popularité : 6 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Les hôpitaux privés très affectés par la crise,(popularité : 6 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 6 %)

MWARO : Les écoles à internat sont au point-mort à quelques jours de la rentrée scolaire,(popularité : 6 %)