Les hommes prioritairement servis au vaccin de leurs enfants


Alors que le Burundi encourage fortement les familles à faire vacciner régulièrement leurs enfants, la plupart des hommes considèrent que c’est une tâche de femme. Les centres de santé ont une astuce pour les encourager à être solidaires leurs épouses.



Par: Isanganiro , jeudi 22 octobre 2015  à 12 : 35 : 04
a

"Priorité aux hommes". Voici la nouvelle approche de vaccination des enfants dans les centres de santé du Burundi. Nous sommes au centre de santé se trouvant au croisement de la route Mutakura (quartier Cibitoke) et de la Dorsale (quartier Kinama). Cinq hommes ont accompagné leurs femmes à la vaccination de leurs bébés. Les infirmiers sont en train de distribuer des numéros d’ordre pour l’opération de vaccination.

A 8 heures, un infirmier arrive et prend la parole : « Je vous informe que les premiers à être servis seront les hommes qui ont accompagné leurs femmes et enfants ».

Certaines femmes sont étonnées et déçues et lancent des cris de déception car certaines d’entre elles étaient sur les lieux à 6heures du matin. D’autres sont contentes, car leurs maris les ont accompagnées.

Le débat est animé entre les deux catégories de femmes. L’infirmier reprend la parole, essaie de calmer les esprits en expliquant par une anecdote : « Un jour une femme revenant de la vaccination a dit à son mari que les médecins lui ont recommandé de manger tous les jours de la viande. Son mari révolté décide d’aller voir ces médecins. Ceux - ci disent qu’ils n’ont jamais demandé une telle chose ; mais ils lui conseillent d’accompagner toujours sa femme au centre de santé pour savoir ce qui se dit et se fait concernant la santé de leur enfant ». Les femmes éclatent de rire mais comprennent vite le message.

Sur 150 personnes qui se présentent quotidiennement au centre de santé, 60 viennent pour la vaccination. Souvent, précise un infirmier, moins de 5 hommes accompagnent leurs femmes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

170 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 14 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 5 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 4 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 3 %)

Les vaches en débandade dans la réserve naturelle de la Rukoko,(popularité : 3 %)

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille,(popularité : 3 %)

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi,(popularité : 3 %)

Le directeur de l’Hôpital de Rumonge accusé de mauvaise gestion du personnel ,(popularité : 2 %)