Les hommes prioritairement servis au vaccin de leurs enfants


Alors que le Burundi encourage fortement les familles à faire vacciner régulièrement leurs enfants, la plupart des hommes considèrent que c’est une tâche de femme. Les centres de santé ont une astuce pour les encourager à être solidaires leurs épouses.



Par: Isanganiro , jeudi 22 octobre 2015  à 12 : 35 : 04
a

"Priorité aux hommes". Voici la nouvelle approche de vaccination des enfants dans les centres de santé du Burundi. Nous sommes au centre de santé se trouvant au croisement de la route Mutakura (quartier Cibitoke) et de la Dorsale (quartier Kinama). Cinq hommes ont accompagné leurs femmes à la vaccination de leurs bébés. Les infirmiers sont en train de distribuer des numéros d’ordre pour l’opération de vaccination.

A 8 heures, un infirmier arrive et prend la parole : « Je vous informe que les premiers à être servis seront les hommes qui ont accompagné leurs femmes et enfants ».

Certaines femmes sont étonnées et déçues et lancent des cris de déception car certaines d’entre elles étaient sur les lieux à 6heures du matin. D’autres sont contentes, car leurs maris les ont accompagnées.

Le débat est animé entre les deux catégories de femmes. L’infirmier reprend la parole, essaie de calmer les esprits en expliquant par une anecdote : « Un jour une femme revenant de la vaccination a dit à son mari que les médecins lui ont recommandé de manger tous les jours de la viande. Son mari révolté décide d’aller voir ces médecins. Ceux - ci disent qu’ils n’ont jamais demandé une telle chose ; mais ils lui conseillent d’accompagner toujours sa femme au centre de santé pour savoir ce qui se dit et se fait concernant la santé de leur enfant ». Les femmes éclatent de rire mais comprennent vite le message.

Sur 150 personnes qui se présentent quotidiennement au centre de santé, 60 viennent pour la vaccination. Souvent, précise un infirmier, moins de 5 hommes accompagnent leurs femmes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

189 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 12 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 11 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 11 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 11 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 11 %)

Gihanga, 700 Fr Bu pour acheter un bidon d’eau potable ,(popularité : 11 %)

L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 10 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 10 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 10 %)

Un examen de sélection pour la fac de médecine,(popularité : 10 %)