Cris d’alarme aux burundais et aux donateurs du Burundi




Par: Isanganiro , jeudi 22 octobre 2015  à 19 : 59 : 40
a

La coalition des organisations des producteurs à petite échelle dans le secteur agri-élevage lance un cri d’alarme à tous les burundais et bailleurs de fonds qui appuient le Burundi de faire tout leur possible pour ne pas en arriver à la mise en application des sanctions en matière d’aide au développement, comme annoncé par ces mêmes donateurs.

Ce cri d’alarme a été lancé au cours d’un atelier organisé par cette coalition des producteurs pour l’auto-suffisance alimentaire ce jeudi le22 10 2015.

Madame NZEYIMANA Odette, qui la représente au niveau de l’Afrique de l’Est, rappelle ici les conséquences de l’arrêt de l’aide en matière de développement sur les secteurs de santé, de l’éducation et de l’alimentation.

« Les conséquences de l’embargo de 1996 ont emporté la vie de plusieurs personnes malades qui souffraient de la malaria et d’autres maladies parce qu’il n’y avait pas de médicaments », souligne-elle.

Les femmes et les enfants seront les premiers à souffrir de ces sanctions sur le Burundi. Mais aussi une grande partie de burundais qui sont vulnérables, continue madame NZEYIMANA.

Elle rappelle que dans une enquête réalisée par les Nations Unies en 2012, plus de 60 pourcent de la population burundaise souffrait de malnutrition.

Au cours des dernières semaines, plusieurs bailleurs de fond - dont la Belgique et les pays Bas - ont annoncé la suspension d’une partie de leurs aides au Burundi. L’Union Européenne menace d’arrêter toute coopération avec le pays si - au bout de négociations sur les obligations des deux parties- il ressort que le Burundi n’a pas respecté ses engagements, en vertu de l’article 96 de l’Accord de Cotonou.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

718 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 6 %)

L’Olucome appelle les bailleurs à financer les projets de développement plutôt que les activités de l’Etat,(popularité : 4 %)

Extension de la palmeraie dans les zones potentiellement palmicoles du Burundi, l’OHP satisfait du pas franchi,(popularité : 3 %)

Comment assoir une justice fiscale au Burundi ? ,(popularité : 3 %)

Le Président du FIDA, Kanayo F. Nwanze visite le Burundi,(popularité : 3 %)

Les assurances maladies affectées par la crise ; cas de SONAVIE,(popularité : 3 %)

La Banque Mondiale approuve 35 millions de dollars pour le Burundi ,(popularité : 3 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 3 %)

L’appui budgétaire pour le Burundi baissera en 2012, prédit le FMI,(popularité : 3 %)

Burundi : Recul dans le classement en Indice de Développement Humain ,(popularité : 3 %)