Tanzanie, Côte d’Ivoire, Congo Brazza : Une journée d’élections




Par: Isanganiro , lundi 26 octobre 2015  à 11 : 05 : 07
a

Tanzanie : Huit candidats s’affrontent pour ces élections municipales, législatives et présidentielles, mais le duel s’annonce serrer entre deux candidats issus du Chama Cha Mapinduzi (CCM), parti au pouvoir. L’un d’eux a rejoint les rangs de l’opposition réunie dans la coalition Ukawa.

Agé de 55 ans, John Magufuli, le candidat du parti au pouvoir, le CCM, a été investi pour succéder à Jakaya Kikwete.

Il affronte l’ancien Premier ministre Edward Lowassa, 61 ans, membre influent du parti au pouvoir, qui a fait défection en juillet dernier, faute d’avoir obtenu son investiture pour la présidentielle.

Plusieurs partis d’opposition se sont réunis autour de sa candidature sous la bannière d’Ukawa, la Coalition des défenseurs de la Constitution du peuple.

Récemment frappé par un scandale de corruption, le CCM, au pouvoir depuis 1961, est aujourd’hui confronté à des difficultés qui ont affaibli sa position dominante au sein du pays, notamment l’échec d’une réforme constitutionnelle qui proposait le fédéralisme.

L’échec de cette réforme a vu la montée en puissance de l’opposition au sein d’Ukawa, la Coalition des défenseurs de la Constitution du peuple.

Les élections sont une pratique régulière en Tanzanie depuis son indépendance politique en 1961. En 1985, Julius Nyerere premier président de la Tanzanie se retire volontairement de la politique après 24 ans de pouvoir.

En 1995, les premières élections multipartites ont vu la victoire de Benjamin William Mkapa, réélu en 2000.

Après les élections de 2005, Jakaya Kikwete devient président de la République, il cèdera le pouvoir après deux mandats.

Côte d’Ivoire : La véritable inconnue de cette journée sera le taux de participation. Près de la moitié des électeurs n’ont pas retiré leur carte électorale et une partie de l’opposition appelle au boycott.

Alassane Ouattara part grand favori. En face de lui se trouve une opposition divisée.

Trois candidats se sont désistés : l’ancien ministre des Affaires étrangères, Amara Essy, Mamadou Koulibaly, un ancien président de l’Assemblée nationale, et l’ancien Premier ministre Charles Konan Banny. Tous dénoncent un manque de transparence du processus électoral.

Ces retraits jouent en faveur des deux opposants de poids encore en course, Pascal Affi Nguessan, le président du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de l’ex-chef d l’Etat, Laurent Gbagbo, et le dissident du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Bertin Kouadio Konan.

Il y a 6,3 millions d’électeurs inscrits sur les listes électorales. L’innovation de cette année est que les opérations de vote seront sécurisées par un système biométrique.

A part la CEDEAO, d’autres institutions comme l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) ou l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) ont envoyé des missions, mais le gros des troupes, des milliers de personnes, sera assuré par des organisations de la société civile.

Les résultats sont attendus entre lundi et mercredi.

Congo-Brazzaville  : Ce dimanche 25 octobre, les Congolais sont appelés aux urnes pour se prononcer sur la modification de la Constitution qui permettrait au chef de l’Etat, Denis Sassou Nguesso, au pouvoir depuis plus de trente ans, de briguer un troisième mandat. L’actuelle loi fondamentale, datant de 2002, l’en empêche, l’âge des candidats et le nombre de mandats étant limités.

Dans la partie sud de Brazzaville, traditionnellement acquise à l’opposition qui a appelé à boycotter ce scrutin, les bureaux de vote sont aussi vides que les rues où les véhicules dépourvus de « laissez-passer » délivrés par la police sont interdits de circuler. Seuls les 4 x 4 des diplomates, des observateurs internationaux et de quelques commerçants ont droit de circuler. Les habitants, eux, sont restés cloîtrés chez eux.

A l’école des Trois Francs dans la ville de Brazzaville, seuls quatre bulletins de vote gisent dans l’urne en plastique posée à même le sol. Ici, il y a 2 100 inscrits mais rien n’y est fait, les habitants du quartier ne sont pas d’humeur à voter. Des jeunes cherchent leur nom sur les listes électorales affichées à l’entrée. En vain. « Il y a le nom de mon père qui est mort, mais pas le mien », déplore l’un d’entre eux. Auraient-ils aimé voter ? « On ne sait pas ce qu’il y a dans ce projet de Constitution, ici rien ne va, on n’a pas de travail, pas de formation, pas d’électricité… Vous voulez que je continue la liste ? », lâche Junior, 19 ans.

Pendant que les aînés palabrent, angoissés par l’annonce des résultats, les enfants ont transformé les avenues de la capitale en terrain de football. « Nous redoutons que la situation s’embrase si les résultats sont contestés », glisse un homme d’affaires libanais.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

405 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?



a

« Zimbabwe de Mugabe : De la libération à la misère ».



a

Le 25 mai, pour la mémoire des grands leaders africains



a

« Le terrorisme ne pourra pas plier l’Egypte, il le renforce », dit Amb. A.B Arafa Radwan



a

USA : Donald Trump, élu 45ème Président des USA



a

Les journalistes somaliens lancent leur syndicat après des années sous le joug des insurges



a

Les insurgés somaliens ne contrôlent que moins de 20% du territoire du pays



a

L’avenir de l’Afrique est aux mains des Africains, dit Desalegn



a

Football : le Suisse Gianni Infantino élu président de la Fifa



a

Foot mercato : L’actualité des transferts





Les plus populaires
Qui est le nouvel homme « fort » de l’Afrique du Sud ?,(popularité : 5 %)

La BAD lance une consultation en ligne sur sa nouvelle stratégie de gouvernance,(popularité : 3 %)

Les journalistes somaliens lancent leur syndicat après des années sous le joug des insurges,(popularité : 2 %)

Berlin annonce un gèle de 21 millions d’euro d’aide au Rwanda, DW rapporte,(popularité : 1 %)

Bosco Ntaganda est accusé de 13 chefs de crimes de guerre et de 5 chefs de crimes contre l’humanité,(popularité : 1 %)

Al Shebab « bat de l’aile ,(popularité : 1 %)

Etats Unis : Un étudiant burundais sous menace d’expulsion ,(popularité : 1 %)

Dossier Yannick Nihangaza : L’Australie va expulser le plus grand rouleau compresseur ,(popularité : 1 %)

Forum des femmes francophones ,(popularité : 1 %)

USA : Une initiative panafricaniste envisage 230 millions de dollars en quatre ans pour l’Afrique ,(popularité : 1 %)