Des organisations de défense des droits humains proposent une feuille de route entre le Burundi et l’UE


La fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) et ses organisations membres et partenaires au Burundi saluent la décision prise par l’Union européenne d’entamer, avec les autorités burundaises, la procédure de consultations prévue par l’accord de Cotonou.



Par: Isanganiro , mercredi 28 octobre 2015  à 19 : 24 : 07
a

C’est le mardi 27 octobre que la FIDH, la ligue burundaise des droits de l’homme Iteka et celle des droits de la personne humaine dans la région des grands lacs (LDGL) ont sorti un communiqué conjoint pour s’exprimer sur la décision de l’Union européenne. Leur souhait urgent est que l’UE et les autorités burundaises « clarifient un agenda d’actions à mener pour mettre fin à la vague de violence et de répressions qui sévit dans le pays depuis plusieurs mois ».

Pour y arriver, ces organisations de défense des droits humains proposent une feuille de route qui devrait comporter certains points notamment : la mise en place d’un dialogue national qui soit crédible, inclusif et effectif ; la mise en place des mesures significatives afin de mettre fin à l’impunité notamment en menant des enquêtes et poursuites contre les présumés responsables d’exécutions extra-judiciaires, d’assassinats ciblés, d’actes de tortures et autres violations graves des droits humains ; l’arrêt immédiat des entraves à l’action des défenseurs des droits humains et des journalistes, ainsi que des garanties de leur protection ; la réouverture immédiate des stations de radios privées, etc.

A travers le même communiqué, ces organisations déclarent encore : « La gravité et l’ampleur des violations commises au Burundi et le manque de volonté manifeste des autorités d’y remédier demandaient sans plus de délais que l’Union européenne renforce sa pression sur les autorités burundaises ».

La ligue Iteka, la LDGL et la FIDH estiment que ceci est désormais possible « à travers la procédure de consultations renforcée qui s’ouvrira d’ici 30 jours ». Cette procédure permettra aux autorités européennes et burundaises de mener un examen approfondi de la situation en vue de rechercher une solution acceptable par les parties.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

257 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 6 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 3 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 3 %)

Nyanza-Lac : Vers le dénouement définitif de la crise à l’église de pentecôte ?,(popularité : 3 %)

Vers la mutation des administrateurs des communes urbaines ? ,(popularité : 3 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 2 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 2 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 2 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 2 %)

L’opposition rejoint le train en marche,(popularité : 2 %)