Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


La recrudescence de la violence au Burundi inquiète les Nations Unies


Le Conseil de Sécurité des Nations Unies (CSNU) se dit préoccupé par l’insécurité croissante dans le pays. Tout comme le Conseil de l’Union Européenne et le Conseil Paix et Sécurité de l’Union Africaine, il appelle tous les acteurs dans le conflit burundais à s’engager directement dans un dialogue inclusif.



Par: Isanganiro , jeudi 29 octobre 2015  à 12 : 05 : 55
a

L’insécurité et augmentation des cas de violations et atteintes des droits de l’homme sont au cœur des préoccupations du CSNU. Dans sa déclaration de ce mercredi, 28 octobre 2015, le Président du CSNU s’inquiète des assassinats quotidiens, exécutions extrajudiciaires, actes de tortures, arrestations arbitraires, détentions illégales, impunité et restrictions des libertés marquées par un manque de dialogue entre les parties en conflit.

Le CSNU condamne toutes ces violations des libertés humaines commises soit par les forces de sécurité et les milices, soit par les groupes armés illégaux. Le conseil promet d’établir des responsabilités de ces crimes.

« De toute urgence, le CSNU appelle les acteurs burundais d’engager un dialogue et d’épargner le pays et son peuple de nouvelles souffrances », peut-on lire dans la déclaration. La présidence du CSNU soutiens le dialogue fondé sur les Accords d’Arusha et la Constitution pour trouver une solution consensuelle à la crise burundaise.

Le conseil promet de suivre de près et de répondre à toutes les actions qui menacent la paix, la sécurité, et la stabilité du pays.

Quel avenir des efforts déjà consentis ?

Le CSNU se range aux côtés de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Est (EAC) et du Conseil Paix et Sécurité de l’Union Africaine dans leurs initiatives de trouver solution à la crise burundaise. Il réaffirme son soutien à la médiation ougandaise mise en place par l’EAC tout en prenant note de la création de la Commission Nationale pour le Dialogue Inter-burundais. Le conseil prend également note de la décision du 17 octobre 2015 de l’Union Africaine d’imposer des sanctions ciblées aux personnes dont les actions et/ ou déclarations encouragent la violence au Burundi.

Cette déclaration présidentielle du CSNU est faite 2 jours après la sortie de la décision l’Union Européenne (UE) appelant le gouvernement burundais à s’engager dans des consultations dans le cadre de l’article 96 de l’Accord de Cotonou. L’UE avait déclaré que c’est en soutien aux efforts de la communauté internationale, de l’UA et de l’EAC afin de trouver une solution durable à la crise burundaise à travers un dialogue inclusif.

Cependant, les initiatives de la communauté internationale dans son ensemble pour la recherche de la solution à la crise burundaise n’est pas vue d’un bon œil par le parti au pouvoir. Dans son communiqué de ce mercredi 28 octobre 2015, le CNDD-FDD dénonce la volonté des organisations de la communauté internationale de violer la souveraineté burundaise.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

286 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 27 %)

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 12 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 10 %)

L’UE prête à accompagner les élections de 2015,(popularité : 7 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 6 %)

La manifestation anti-3è mandat : les femmes descendent dans les rues,(popularité : 5 %)

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur,(popularité : 5 %)

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre,(popularité : 5 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 4 %)

FORSC : L’Unité Nationale se cherche encore,(popularité : 4 %)