Mariages illégaux, cause d’insécurité familiale à Ruyigi


Quand un couple vit illégalement c’est à dire sans être inscrit au registre de l’état civil, surgissent beaucoup de difficultés de la part du couple ainsi qu’à ses progénitures. Les violences domestiques qui en résultent occasionnent des troubles familiaux et le développement en pâtit.



Par: Isanganiro , jeudi 29 octobre 2015  à 18 : 06 : 59
a

Le Centre de Développement Familial (CDF) à Ruyigi a enregistré jusqu’au mois de septembre 24 filles âgées entre 15 et 17 ans qui se sont mariées illégalement.

Dominique Havyarimana, coordinateur de ce centre, indique que dans la plupart des ménages non reconnus par la loi les hommes ont tendance à se marier à d’autres jeunes femmes surtout dans la région de Kumoso.

« Arriver à convaincre les gens à changer de comportement n’est pas chose facile, surtout en ce qui concerne le changement de mentalité, car il s’agit des pratiques qui découlent de la coutume. C’est pourquoi nous allons essayer tant que faire se peut, à voir comment y parvenir petit à petit, à travers des sensibilisations progressives », indique Dominique Havyarimana, ajoutant qu’avec l’appui des organisations tant nationales qu’internationales 300 ménages ont légalisés leurs mariages au mois de mars en commune Gisuru.

Les personnes qui ne se sont pas inscrites à l’état civile avant leurs mariages disent que les raisons de la non inscription découlent de la pauvreté d’une part, et de l’ignorance des lois d’autre part.

Avant la régularisation de leur mariage, Noëlla Nshimirimana dit qu’elle vivait dans l’insécurité parce que son époux pouvait du moment à l’autre amener une concubines :

« Pendant la période des fiançailles, nous nous étions convenus de nous faire inscrire à l’état civil après un délai ne dépassant pas une semaine. Mais, cela n’a pas été le cas parce que mon mari a toujours ajourné le rendez- vous sous prétexte de manque de moyens. J’avais un cœur troublé car j’avais l’idée que demain ou après-demain mon mari pourrait amener une autre femme. »

« Avant l’inscription, je voyais que s’inscrire ou pas serait la même chose, maintenant j’ai compris. Actuellement mon époux ne peut pas m’expulser comme une chèvre. Même s’il y aurait des difficultés d’entente dans notre foyer, la loi me protège », poursuit Noëlla Nshimirimana.

Du côté du conseiller principal du gouverneur de la province de Ruyigi Pontien Hatungimana, chacun devrait jouer efficacement son rôle en vue de lutter contre cette habitude :

« Si chacun, dans son domaine, ici je cite entre autre les administratifs, les forces de l’ordre, la juridiction ainsi que la population, se donne corps et âme, sans doute qu’on parviendrait à éradiquer ce fléau », souligne-t-il.

Il conseille en outre aux hommes de cette province de changer de comportement en s’impliquant eux aussi aux travaux familiaux au lieu de les laisser à leurs femmes seulement.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

315 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 5 %)

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 4 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Imaginez avoir des petits-enfants qui ne sont pas capables de parler votre langue,(popularité : 3 %)

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika ,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Formation pour la première année post-fondamentale,(popularité : 3 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 3 %)

Burundi : La rentrée scolaire s’annonce avec une panique aux élèves du lycée Makamba,(popularité : 2 %)

Education : Le manque criant d’enseignants, une réalité méconnue au Burundi,(popularité : 2 %)