Le Burundi affiche une malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans




Par: Isanganiro , samedi 31 octobre 2015  à 20 : 08 : 40
a

Avec comme taux de malnutrition de 58% en 2010, et de 49% en 2014 sur tout le territoire du Burundi, les enfants les plus exposés sont ceux du monde rural 59% et 37% du monde urbain.

Selon Grace Francine Uwitonze de Sun (une organisation de lutte contre la malnutrition) « Plus de 165 millions d’enfants de moins de 5 ans ont un retard de croissance dû à la malnutrition, 52 millions d’enfants ont un poids faible et ont besoin d’une prise en charge spéciale.

En même temps, 43 millions d’enfants sont obèses - certains du fait de la pauvreté qui empêche les familles de se payer un régime alimentaire équilibré et nutritif. Deux milliards de personnes souffrent de carence en vitamines et minéraux essentiels ».

Grace Francine Uwitonze ajoute qu’investir dans la lutte contre la nutrition est un investissement à long terme et très sûr, l’éradication de la sous-nutrition chez les jeunes enfants présente de multiples avantages. Elle a permis d’augmenter le produit intérieur brut de 11 % en Afrique et en Asie, d’élever le niveau d’instruction d’au moins un an, d’augmenter les salaires de 5 à 50 %, de réduire la pauvreté, car les enfants bien nourris ont 33 % de chance en plus d’échapper à la pauvreté quand ils atteindront l’âge adulte.

Selon le chef de cabinet adjoint à la 2ème vice-présidence, depuis une dizaine d’années les productions agricoles et animales sont structurellement déficitaires et les causes sont les prix élevés des denrées alimentaires, le taux de changes et la pression démographique.

Il ajoute que pour faire face à cela le gouvernement du Burundi devra réduire l’insuffisance pondérale (poids insuffisant par rapport à l’âge) de 29% à 21% en 2015, ce qui représente une réduction de 8 points en cinq ans et réduire 10 points c’est-à-dire de 58 % à 48 % le taux de malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans de 2013 à 2017.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

226 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge ,(popularité : 12 %)

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 % ,(popularité : 10 %)

Deux corps enterrés et non décomposes après plus de trois mois,(popularité : 10 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 10 %)

Un monument qui n’est pas le bienvenu au Burundi !,(popularité : 9 %)

L’hôpital public de Rumonge face à de nombreux problèmes,(popularité : 9 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 8 %)

La Télévision Nationale : Des fortes pluies ont endommage son émetteur ,(popularité : 8 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 8 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 8 %)