La Sécurité énergétique préoccupante au Burundi


La population burundaise est majoritairement tributaire de la biomasse à 96% de la consommation totale énergétique. La surexploitation de cette biomasse (bois de chauffe) conduit à une déforestation catastrophique suite à un déboisement des réserves naturelles, sources de changement climatiques selon Siméon Habonimana, secrétaire permanent au Ministère de l’Energie et Mines. Annonce faite ce Lundi lors d’un atelier sur le développement du cadre de la politique de sécurité énergétique dans les pays de la communauté Est -africaine.



Par: Isanganiro , mardi 3 novembre 2015  à 05 : 30 : 10
a

Lors de cette rencontre pour réfléchir sur les défis de la sécurité énergétique et les impacts sur les utilisateurs, le secrétaire permanent de l’énergie et mines dans ce ministère a indiqué que la consommation moyenne d’électricité par an et par habitant est de 25 kwh, ce qui est encore très faible. L’électrification rurale est au stade embryonnaire, il est électrifié à moins d’1% au niveau national selon ce cadre de l’énergie et mines.

Le gaz et les produits pétroliers constituent des éléments énergétiques essentiels pour les activités économiques et industrielles mais ils sont importés par voie routière et maritime sur de longues distances et coûtent cher. Leur approvisionnement régulier sur le marché burundais est sujet à des facteurs limitant dont la disponibilité en devises, la dévaluation de la monnaie nationale et les fluctuations des prix sur le marché international. Un état de lieu qui se traduit parfois par des ruptures de stock.

Le secteur de l’électricité est caractérisé par un déficit énergétique notable ressenti tous les jours et se manifeste par des délestages fréquents et des coupures intempestives de courant. Le déficit entre l’offre et la demande de bois est de l’ordre de 1 à 3, ce qui est très alarmant, renchérit Siméon Habonimana. Ainsi, la sécurité énergétique dans le sous-secteur de la biomasse, de l’électricité et des produits pétroliers mérite d’être améliorée.

Cet atelier se tient en l’absence d’une délégation est africaine suite à l’insécurité au Burundi.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

211 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 6 %)

Hôpital général de Mpanda : des lieux d’aisance non fonctionnels ,(popularité : 3 %)

Un pasteur conservateur nous a quitté,(popularité : 2 %)

Les réfugiés burundais rentrent au pays avec hésitation ,(popularité : 2 %)

Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 2 %)

La révision des textes de loi régissant la CNTB d’ici peu,(popularité : 2 %)

Les droits de l’enfant se cherchent encore au Burundi,(popularité : 2 %)

Grève : Pourtant ces sections sont utiles ,(popularité : 2 %)

Ecole Fondamentale : Plus de patience pour son début SVP,(popularité : 2 %)

Village de paix sans pain à Nyarunazi,(popularité : 2 %)