Le centre de rééducation des mineurs devenu comme une famille à Ruyigi


Ayant été logé plusieurs mois, voire des années dans les prisons de Ruyigi et Gitega pour avoir outrepassé la loi, ces moins âgés ont finalement eu un abri qu’il faut : Le centre de rééducation pour mineurs.



Par: Isanganiro , mardi 3 novembre 2015  à 05 : 56 : 53
a

Voulez-vous les visiter un jour ? Ou tout au moins visiter ce centre ? Il se trouve à quelques deux kilomètres du chef-lieu de la province Ruyigi à l’Est du Burundi, du côté gauche de la route Makebuko-Ruyigi. Les premières impressions dudit centre font croire à une belle école maternelle.

A son intérieur, de jeunes enfants jouent au football. D’autres sont actifs dans des travaux d’entretien : balayer les dortoirs, le réfectoire ; torchonner, couper le gazon, etc. personne n’est au repos. Tous se montrent actifs au travail. De l’autre côté, une partie de ces enfants trient le haricot. Il est neuf heures environs, c’est le moment de préparer la nourriture. Les jeunes enfants préparent eux-mêmes à manger, sauf qu’ils ont un encadreur à leur côté.

Ferdinand Sinzinkayo, 21 ans, est un des locataires débutants du centre. Il venait de passer neuf ans à la prison centrale de Gitega. C’est à l’âge de douze ans en effet que le jeune s’est vu arrêté sur sa colline de Nyamugari en commune Cendajuru dans la province Cankuzo, voisine de Ruyigi. Accusé d’assassinat, Ferdinand est condamné à dix ans de prison ferme.

Le temps d’une année qui lui reste, il va le passer dans le centre de rééducation pour apprendre plus d’un métier. Tantôt il est en mécanique-auto, vélo ; tantôt il exerce la soudure, ou même la couture. Il devient de plus en plus polyvalent.

Pour le jeune homme, ces métiers lui serviront bien utilement une fois qu’il aura réintégré sa famille. « Je tacherai de les apprendre tous et avec un grand intérêt. Mais ce que je souhaiterais le plus, c’est de devenir chauffeur mécanicien ». Ferdinand soutient par ailleurs que ces différents métiers lui aideront à vivre en harmonie avec ses concitoyens sur sa colline et partout où il ira, dans la vie.

Le centre de rééducation pour mineur de Ruyigi a commencé ses activités le 24 avril 2015. Il abrite en tout 49 jeunes de différents âges. Ses objectifs sont notamment préserver les mineurs contre les travaux pénitentiaires, rééduquer ces mineurs à différents métiers d’auto-développement.

Photo : maisonshalom.org




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

266 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

Par nijimbere leonard   ce  mercredi 4 novembre 2015   à 17 : 32 : 06

Je témoigne, en tant que Responsable du Centre, que ce qui est dit est vrai. Avec l’approche du centre de rééducation, tel celui que représentons, on se rend vraiment compte que la justice humanitaire et humanisante, connaît progressivement d’avancées au Burundi.



modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons



a

Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari



a

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza



a

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune



a

Société : Les tailleurs de l’Avenue de la Mission reprennent leurs activités



a

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama



a

Editorial : « Eduquer ou Périr »



a

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !



a

Mayengo : Les conditions de vie se détériorent



a

Education : Cinq finalistes d’ITAB Karusi sous les verrous depuis le 10 Aout





Les plus populaires
Rumonge : Les robinets de la Regideso ont tari,(popularité : 54 %)

Lumitel : la réconciliation de l’inspection générale du travail finit en queue de poissons ,(popularité : 24 %)

Bubanza : La population de Mpanda, yeux fixés sur les 500 millions de la commune ,(popularité : 23 %)

L’enlèvement des déchets ménagers écarte les pavés de Bwiza ,(popularité : 15 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 14 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 9 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 6 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Grève : Pourtant ces sections sont utiles ,(popularité : 3 %)

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille,(popularité : 3 %)