Ruyigi : Les microcrédits catalyseurs de rendement agricole


De nombreuses familles membres de coopératives agricoles dans les régions de Kumoso et Buyogoma voient leurs revenus croître grâce aux crédits octroyés par Iteka microfinance. les bénéficiaires reçoivent des intrants à temps et la production augmenté.



Par: Isanganiro , jeudi 5 novembre 2015  à 15 : 06 : 01
a

« C’est à partir de 2013 que notre coopérative a reçu un crédit de 17.000.000 de franc bu. Il a été bénéfique pour les membres parce que certains ont construit des maisons, d’autres ont acheté des terrains ou du bétail. Vous comprenez donc qu’aujourd’hui les familles ont augmenté leur niveau de vie », Ce témoignage est de Salvator Ntahondi, président de la coopérative Twiyunge de Butaganzwa.

Tout comme Twiyunge, de nombreuses coopératives agricoles ont reçu un appui de microfinances leur prêtant de l’argent pour accroître le rendement. Les membres de ces coopératives, celles du riz particulièrement, disent qu’après la récolte, ils ont de meilleurs revenus pour faire vivre leurs familles, comme le souligne Salvator Ntahondi. Il indique qu’avec le système de riziculture intensif, la production a doublé. Ce qui fait que les producteurs mangent seulement une partie et vendent le reste.

Mais l’appui est aussi managérial, basé sur l’encadrement des paysans et des coopératives :
« Grâce aux encadreurs de proximité de la Maison Shalom et aux agronomes communaux, nous avons appris les mécanismes de suivi de la plante depuis la phase de préparation du terrain jusqu’à la récolte »,

La Maison Shalom, propriétaire de la Microfinance Iteka confirme la bonne santé financière des organisations bénéficiaire. D’après Richard Nijimbere, Directeur exécutif de la Maison Shalom, avant 2012 on avait en moyenne 4 tonnes de riz par hectare ; mais aujourd’hui on obtient en moyenne 7 tonnes par hectare. Il précise que parmi les 18 coopératives qu’ils encadrent beaucoup s’occupent de la culture du riz, d’autres du palmier à huile, du sorgho, du manioc, des ananas, du maïs et des bananiers.

Le rendement est d’autant plus évident que les bénéficiaires ont tous remboursé, d’après le responsable de la MaisonShalom : « Après avoir constaté l’assiduité des membres de ces coopératives, la Maison Shalom a initié des formations pour apprendre à cette population comment s’occuper des plantes depuis le semis jusqu’à la récolte. Les crédits agricoles octroyés depuis 2013 ont été tous remboursés. sauf que maintenant certains bénéficiaires se désistent à cause de la situation actuelle »,

Même satisfaction côté structures publiques, telles que la Direction Provinciale de l’Agriculture et de l’Elevage (DPAE) à Ruyigi. Le service des productions végétales souligne que ces coopératives ont joué un grand rôle dans la redynamisation de certaines cultures.

« Les formations organisées en rapport avec les techniques de suivi des cultures prioritaires dans notre province ont eu beaucoup d’impact car les bénéficiaires savent dores et déjà que ces plantes ont besoin d’un suivi rigoureux pour avoir une bonne production », fait savoir Gérard Nzitunga chef du service des productions végétales, qui ajoute que cette année les crédits agricoles ont permis aux bénéficiaires de profiter à temps de la subvention des engrais chimiques mieux que les années antérieures.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

232 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu





Les plus populaires
Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école,(popularité : 100 %)

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB,(popularité : 55 %)

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés,(popularité : 17 %)

Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique,(popularité : 7 %)

Université du Burundi : Le Recteur Gaston Hakiza limogé après neuf ans de règne ,(popularité : 6 %)

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises,(popularité : 6 %)

Burundi : Le redéploiement des enseignants : Même la gardienne touchée à Musaga I,(popularité : 6 %)

Muyinga : L’enseignement post fondamental prêt à l’examen d’État nouveau système,(popularité : 5 %)

Désiré Niyondiko n’est plus, son épouse et son guide spirituel témoignent ,(popularité : 5 %)

Inhumation ce jeudi de la mère de l’héros de la démocratie,(popularité : 5 %)