Burundi : L’UA et Washington condamnent la violence et les discours dits « incendiaires »


L’enchainement des discours des hautes autorités du pays sur la gestion musclée de la crise et la recrudescence de la violence à Bujumbura inquiètent la communauté internationale. L’Union Africaine et les Etats-Unis sonnent la sonnette d’alarme.



Par: Isanganiro , vendredi 6 novembre 2015  à 11 : 01 : 02
a

Dans un communiqué de presse du 04 novembre 2015, Nkosazana Dlamini-Zuma note la poursuite des actes de violence et la multiplication des déclarations aux conséquences dévastatrices pour le pays et l’ensemble de la région. Elle condamne des actes de violence, des violations des droits de l’homme et des déclarations qui se multiplient ces derniers jours.

La présidente de l’UA rappelle aux acteurs concernés que le Conseil de paix et de sécurité de l’UA a décidé, lors de sa 551ème réunion tenue le 17 octobre 2015, d’imposer des sanctions ciblées à tous les acteurs burundais dont les actions et les propos contribuent à la persistance de la violence et entravent la recherche d’une solution.

« Seul un dialogue inclusif regroupant l’ensemble des acteurs burundais pourra permettre au Burundi de surmonter les grandes difficultés actuelles et de prévenir une évolution qui remettre totalement en cause les acquis grâce à l’Accord d’Arusha pour la paix et la réconciliation », souligne Nkosazana Dlamini-Zuma qui soutient la médiation conduite par le président ougandais.

La multiplication de la violence et des déclarations de nature à enflammer le pays inquiètent également les Etats-Unis. S’exprimant ce jeudi à l’antenne de nos confrères de la RFI, l’Envoyé Spécial des Etats-Unis pour les Grands Lacs s’est dit préoccupé par l’ultimatum de cinq jours du Président de la République et particulièrement par les propos « incendiaires » du président du sénat qui aurait dit de « pulvériser » et que certaines personnes ne sont bonnes qu’à mourir. Tom Perriello condamne ces propos.

L’Envoyé Spécial des Etats-Unis pour les Grands Lacs condamne également l’action de certaines gens de l’opposition qui attendent la tombé de la nuit pour lancer des grenades à des forces de police.

« Tous ces actes interpellent non seulement les Etats-Unis mais aussi l’UA et l’ONU », a souligné Tom Perriello.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

295 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 4 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 3 %)

Quid sur l’Intégration du Burundi dans les ensembles régionaux ,(popularité : 3 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 3 %)

Libéré ou pas demain, Bob reste fort et humain ,(popularité : 2 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 2 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Des appels au dialogue politiques se multiplient : L’ADC Ikibiri tourne les pouces ,(popularité : 2 %)