Muyinga/L’évasion fiscale pèse lourd sur les contribuables


Plusieurs contribuables ne s’acquittent pas des obligations fiscales pour des raisons diverses, a estimé le Commissaire Général de L’OBR lors d’une rencontre avec des Gouverneurs et administrateurs des provinces de Gitega, Ngozi, Kayanza et Muyinga.



Par: Isanganiro , vendredi 6 novembre 2015  à 12 : 12 : 06
a

Autour de cinquante pour cent des contribuables ne payent pas les impôts, a révélé jeudi à Muyinga le Commissaire général de l’office burundais des recettes (OBR), Domitien Ndihokubwayo au cours d’une rencontre des gouverneurs et des administrateurs communaux des provinces de Gitega, Kayanza, Ngozi et Muyinga échangeant sur la conformité fiscale.

« Les déclarations à l’OBR sont de loin inférieure à l’activité visible sur terrain. L’effectif des contribuables qui ont fait des déclarations de l’impôt sur le revenu en 2014 reste très bas. Il s’agit de 162 en province de Gitega, 154 en province de Muyinga, 117 pour Ngozi, 72 à Kayanza.

« Pour la taxe sur la valeur ajoutée(TVA), la situation se présente ainsi : Gitega 83, Ngozi 60, Muyinga 52, Kayanza 21. Seulement 17 boutiquiers ont payé l’impôt forfait en province de Ngozi, chiffre suscitant des doutes au regard de l’activité de cette province alors qu’en province de Muyinga, plus de 130 commerçants ont payé ce genre d’impôt. Plusieurs raisons expliquent cet état de fait : l’évasion fiscale et l’ignorance », a-t-il indiqué.

« Tout le monde est appelé à contribuer pour le développement du pays », a-t-il déclaré. Pour y arriver a-t-il dit, l’OBR aimerait avoir l’appui des administratifs dans l’éducation au civisme fiscal.

Ces jours-ci, certains contribuables se dérobent sciemment à l’obligation de payer l’impôt, reconnait le Commissaire General de l’OBR. Le pari de cette institution est désormais celui de dénicher ceux qui ne payent pas l’impôt pour pouvoir élargir la marge de ceux qui payent, de la sorte, on verra un jour comment diminuer le fardeau pesant sur les honnêtes contribuables, a-t-il promis.

A la question de savoir si certains impôts sont abusivement abandonnés au profit de certains hauts placés par le biais des exonérations, M. Ndihokobwayo a indiqué que tout se fait conformément à la loi en vigueur. « Une analyse profonde de la législation pourra déboucher à la révision de la loi pour l’adapter aux conditions du moment », estime-t-il.

Pour rappel, 35 ballots de friperie fraudée ont été saisis par l’OBR en collaboration avec la police au chef-lieu de la province Muyinga la semaine dernière.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

332 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours



a

Diplomatie : Le Burundi confirme son boycott au 20eme sommet du COMESA



a

Rumonge : Le commerce ambulant s’amplifie



a

Gouvernance : A qui profite l’échec de la politique de « charroi zéro » ?



a

Le président de la République, un professeur sévère face à la corruption





Les plus populaires
Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ? ,(popularité : 7 %)

BURUNDI- Salubrité : Les services techniques municipaux asphyxiés par la Mairie de Bujumbura,(popularité : 3 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 3 %)

Banque Centrale : L’absence des décideurs politiques dans des échanges critiquée,(popularité : 3 %)

Gitega : Les habitants de Shatanya s’interrogent à quand les travaux de pavage à plus d’une décennie des cotisations,(popularité : 3 %)

La Chine continue à appuyer le Burundi,(popularité : 2 %)

Les Pays Bas financent la réhabilitation de deux barrages au Burundi,(popularité : 2 %)

Guerre de mots entre l’OLUCOME et le ministère à la bonne gouvernance,(popularité : 2 %)

Où en est on avec la politique de charroi zéro ? ,(popularité : 2 %)

Quelles devraient être les solutions de survie de la presse ? ,(popularité : 2 %)