Crise au Burundi : Hôtellerie à Muramvya affectée


La crise que traverse le Burundi bientôt six mois a négativement affecté la vie des hôtels de Muramvya. Située à une cinquantaine de kilomètres de Bujumbura, cette province accueillait souvent des gens provenant de différentes Organisations Non Gouvernementales de la capitale .De nombreuses formations y étaient organisées, ce qui faisait la fierté de ces maisons de passage.



Par: Isanganiro , mardi 10 novembre 2015  à 11 : 47 : 42
a

L’hôtel Kabuye surnommé « Ku bakungu » accueillait des clients toute la semaine. Le gérant de cet hôtel Jean Berchimans Niyongabo explique qu’aujourd’hui, une à deux personnes y demandent des chambres. Par conséquent, le service de restauration a également été affecté au point de vendre deux à trois caisses de Primus par jour alors que l’on en vendait facilement huit caisses.

Suite à ce manque de clients, cette auberge a dû réduire ses charges car les recettes ont très sensiblement diminué fonçant l’hôtel à réduire son personnel. Mais le paiement du personnel qui est resté et les charge de la Regideso (l’eau et l’électricité) devient un lourd fardeau, témoigne le gérant. Il indique en outre qu’il paye à peine le loyer de sorte qu’il compte réduire les prix des chambres pour intéresser les clients.

L’hôtellerie à Muramvya était prospère suite à des formations que certaines organisations non gouvernementales (O.N.G) délocalisaient à Muramvya. La diminution de la clientèle à Muramvya s’ observe même à Bugarama, situé sur la Route Nationale numéro un (RN1 ), un lieu touristique de cette province qui était considérée comme un passage obligé pour les passagers se rendant à Muramvya .

Pour ce gestionnaire, le gouvernement burundais et ses protagonistes devraient mener un dialogue franc et sincère pour recouvrer la paix enfin que les activités hôtelières reprennent à la normale.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

356 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 23 %)

Le café burundais remporte la première place au cup of excellence,(popularité : 9 %)

Sous pression, le président suspend l’attribution du terrain de l’ancien marché central aux chinois,(popularité : 7 %)

Le barème d’octroi des ordres et frais de mission réorganisé au Burundi,(popularité : 6 %)

Une ONG demande au Gouvernement de rembourser sa dette à la Banque Centrale ,(popularité : 5 %)

Le Burundi classé plus corrompus en Afrique de l’Est, mais avance en économie ,(popularité : 4 %)

Les experts se penchent sur la vie économique de l’EAC au Burundi avant l’Union Monétaire ,(popularité : 4 %)

Mwaro bientôt désenclavée !,(popularité : 4 %)

L’eau thermale de Mugara, une source d’attraction touristique,(popularité : 4 %)

Le Burundi prie ses partenaires d’ouvrir le porte-monnaie, des conditions évoquées ,(popularité : 3 %)