Burundi : Un religieux plaide pour l’arrêt de la violence


Depuis l’annonce de la candidature du Président Pierre Nkurunziza à sa propre succession en avril dernier, la population vit au rythme de la violence. La crise née autour de l’autre mandat du président a déjà produit des centaines de morts. Le Représentant Légal de l’Eglise Episcopale du Burundi dit assez !



Par: Isanganiro , mercredi 11 novembre 2015  à 11 : 57 : 47
a

« La violence verbale, la violence en actes n’ont jamais résolu une situation quoi qu’elle soit ! », s’indigne Monseigneur Justin Baransananikiye. Ce serviteur de Dieu indique que la voie de la violence ne mènera nul part les burundais. Il appelle les parties en conflit d’arrêter la violence et emprunter le chemin du dialogue pour trouver réponse à leurs différends.

Le Représentant Légal de l’Eglise Episcopale du Burundi interpelle les acteurs dans le conflit burundais : « Nous ne sommes pas des animaux, nous sommes un peuple responsable et devons agir par l’intelligence et la raison en pesant nos actions et les conséquences qu’elles entrainent ».

L’homme de Dieu rappelle les valeurs liées à la citoyenneté « umurundi , umurundikazi »( burundaise), d’où l’esprit patriotique des burundais doit puiser ses forces pour transcender les problèmes qui divisent. Monseigneur Justin Baransananikiye est convaincu que le dialogue doit avoir lieu, aux burundais de l’exploiter à bon escient, estime-t-il.

Le Représentant de l’Eglise Episcopale recommande aux burundais de défendre leurs intérêts avec dignité et la sagesse traditionnelle qui ont depuis toujours caractérisé la peuple burundais et réglé les crises. En Afrique de ouest on dit « tout se résout sous le baobab », fait il remarquer.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

464 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
le compteur des retenues démarre à la fonction publique,(popularité : 3 %)

La sécurité des témoins, une des solutions pour l’impunité au Burundi ,(popularité : 3 %)

Statut de l’opposition politique, un mal pour la démocratie au Burundi ,(popularité : 2 %)

Ce projet de loi ne créera-t-il pas de remous à l’instar de celui sur la presse ?,(popularité : 2 %)

Quid sur la déclaration de guerre contre Bujumbura ,(popularité : 2 %)

Pas de négociations entre le CNDD-FDD et l’ADC ikibiri en Suisse ,(popularité : 2 %)

Festus Ntanyungu : nouveau président du Forum permanent de dialogue politique ,(popularité : 2 %)

Grève : Plaidoirie pour un terrain d’entente,(popularité : 2 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 2 %)

Pascaline Kampayano dément les propos du porte-parole du président ,(popularité : 2 %)