Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Il n’y a plus de petit déjeuner pour les élèves du Lycée Muramvya


Avec des dettes énormes envers les fournisseurs, des subsides insuffisants, le lycée de Muramvya n’est plus en mesure de restaurer ses élèves le matin. Le niveau de réussite des élèves en pâtit.



Par: Isanganiro , mercredi 11 novembre 2015  à 12 : 42 : 07
a

Alain Aradukunda est finaliste dans la section Lettres modernes. Il est à sa troisième année à ce lycée dit Royal. Il n’a jamais eu la chance de goûter au petit déjeuner. « J’ai appris à peine via mon grand frère qui a étudié ici que de leur temps, ils prenaient de la bouillie le matin ».

Alain renseigne que pour n’avoir rien mis sous la dent avant le début des cours, des élèves peuvent somnoler en classe, d’autres font semblant d’être là, sans savoir à quoi ils pensent. Ils ont faim en fait ». Le jeune garçon indique que cela met à mal la réussite des élèves en général. Il soutient que si le petit déjeuner revenait encore, ça pourrait aider les 612 élèves que doit nourrir le lycée.

Le directeur du lycée Bernard Ndayininahaze estime qu’il n’y a pas moyen de faire autrement. Il explique que les subsides de l’Etat ne sont pas suffisants. « L’Etat paye huit cents francs par jour et par élève. Avec cette somme, il est difficile de donner trois repas. Nous nous débrouillons pour nourrir les enfants à midi et le soir ».

Il n’y a pas que l’insuffisance des subsides, mais aussi « l’école éprouve des difficultés liées aux arriérés », ajoute M. Ndayininahaze. Selon lui, l’école doit à ses fournisseurs de vivres une somme de plus de 225 millions de francs burundais à compter d’avant 2008.

En 2009, le ministère de tutelle a payé les arriérés des fournisseurs pour toutes les écoles du pays, mais le lycée de Muramvya n’a pas eu cette chance. Bernard fait savoir que son école n’avait pas pu donner à temps le rapport financier, alors qu’il devait être un document de référence pour que le ministère sache l’état des lieux des dettes. « Et depuis lors, les dettes se sont accumulées ».

Malgré une longue attente des fournisseurs pour le payement des dettes, ils ne se désistent pas tous. Mais ceux qui acceptent encore de donner leurs vivres adoptent une stratégie : vendre plus cher. « Par exemple, si un kilo de riz coûte 1.000 francs, le fournisseur peut le vendre à 1.300 francs. Notre lycée n’a pas d’autre choix que d’acheter », dit Ndayininahaze.

Le numéro un du lycée Muramvya garde quand même de l’espoir que ces dettes seront apurées sans plus tarder. Il indique avoir introduit des demandes au ministère de tutelle, et se réjouit que l’avancement du dossier est promettant.

Malgré ces difficultés, le lycée de Muramvya ne manque pas d’atouts. Une étable, une porcherie et de jolis champs embellissent l’école qui s’en sert pour améliorer la ration alimentaire des élèves.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

336 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises





Les plus populaires
L’Hôpital Général de Mpanda en difficultés ,(popularité : 22 %)

EDUCATION/Pas de désœuvrement dans les classes de 9 ème à kabezi,(popularité : 17 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 17 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 16 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 14 %)

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent ,(popularité : 14 %)

Hôpital Roi Khaled : Les infirmiers décrient l’absence à la garde des médecins spécialistes,(popularité : 13 %)

Une des facultés à l’Université du Burundi est en grève il y a un mois,(popularité : 13 %)

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille,(popularité : 13 %)

Aucun retrait sur les comptes de Maison Shalom et de Barankitse,(popularité : 13 %)