Réconciliation des jeunes leaders à Gasorwe


Le 1 er responsable de l’association New Generation, Dieudonné Nahimana, estime que la crise politique que connait actuellement le Burundi n’est que cyclique puisque le pays n’a pas encore connu une vraie réconciliation à la suite des crises antérieures. Cette association vient d’effectuer une descente dans a province Muyinga à Gasorwe dans le cadre d’une campagne dénommée GIRUBUNTU qui est une campagne d’éducation de la jeunesse pour une culture de non-violence active avec un programme particulier de vérité-guérison- réconciliation .



Par: Isanganiro , vendredi 13 novembre 2015  à 05 : 01 : 02
a

Cette province a été choisie par Dieudonné car lui-même étant victime de la crise de 1993 il a voulu prêche par l’exemple ; étant natif de la commune Gasorwe.

Selon lui la crise que connait le Burundi est basée principalement sur des blessures non guéries d’un passé qui n’a pas bien été parlé qui provoque beaucoup de frustrations, ce qui accouche des crises actuelles.

Pour faire face à cette crise, New Generation a organisé des rencontres des jeunes leaders réunissant des jeunes des partis politiques, des associations des jeunes, pour échanger sur les sources des divisions au Burundi. Le problème de sous-développement économique amène les jeunes à penser qu’ils peuvent avoir accès à des ressources faciles.

Le résultat de ses descentes est énorme selon Dieudonné de New Generation. D’abord une lueur d’espoir se fait lire sur le visage de ces jeunes, croire que le pays peut vivre la paix, la réconciliation, et le développement, et à la fin les jeunes font une sorte d’engagement de vivre ensemble indépendamment de leur divergences diverses.

Ce programme compte toucher 60.000 personnes de l’est à l’ouest, du nord au sud du Burundi avec la première rencontre des jeunes des partis politiques de la commune Ntahangwa au centre jeune Kamenge , à Gasorwe une formation de 75 jeunes leaders de différents partis politiques, et d’autres leaders d’associations, et ce programmes a pu rassembler plus de 1500 jeunes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

285 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 8 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »,(popularité : 5 %)

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 5 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 5 %)

Rumonge : Travaux communautaires ou activités du CNDD-FDD ?,(popularité : 5 %)

Le Burundi affiche une malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans,(popularité : 5 %)

Burundi : Eloge Willy kaneza, la Zaina Erhaim burundaise,(popularité : 4 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 4 %)