Actualité thématique

Economie


Burundi : Vers le démarrage de construction des barrages hydroélectriques de Jiji et Murembwe

Environnement


Sud du Burundi : vers la disparition de la réserve naturelle forestière de Vyanda ?

Justice/Droits de l’homme


Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré

Nouvelles de l’EAC


1 million de dollars américains sur 25 millions de dollars que le Burundi doit à l’EAC

Politique


Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?

Santé


Un don de 45 millions d’euros a été octroyé au ministère de la Santé par l’Union européenne

Sécurité


Bubanza : un détenu tabassé par un OPJ à Musigati

Société


Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises

Sport et culture


Nkazamyampi organise la première édition de marathon pour la paix à Bujumbura


Nos émissions

Culture


Agashitsi, 31 ntwarante 2019

Débat


Ku nama, 17 ruheshi 2019

Diaspora


Karadiridimba, 9 Ruheshi 2019

Economie


Umuyange, 16 ndamukiza 2019

Emissions musicales


Uburundi buraririmba, 6 rusama 2019

Environnement


Tahura utahuze abandi, 25 Ndamukiza 2018

Feuilleton radiophonique


Murikira Ukuri, 22 Rheshi 2016

Gouvernance


Kebuka wibaze, 9 rusama 2019

Jeunesse


Tweho, 8 nzero 2019

Justice


Nkingira, 10 rusama 2019

Mugona iki ?


Aho iwanyu havugwa amaki, 27 rusama 2019

Société


Ukuri gushirira mu kuyaga, 19 rusama 2019 (Ngendanganya Adrien), 1ere partie


Que personne ne soit exclu du dialogue entre burundais


L’administrateur communal de Muramvya appelle sa population à rester unie en cette période où la question de dialogue ou de négociations semble diviser la classe politique. Le parti MRC dans cette même commune souhaite que ces pourparlers n’excluent personne.



Par: Isanganiro , vendredi 13 novembre 2015  à 13 : 15 : 58
a

Elie Nijimbere, le représentant du parti MRC en commune et province Muramvya trouve que la tenue des négociations est incontournable. « Le problème qu’il y a au pays ne peut pas être résolu sans que l’on se mette sur la table des négociations », dit-il.

Pour lui, le dialogue qu’il faut doit être celui qui soit le plus inclusif possible. « Il faut inclure toutes les parties en conflit, c’est-à-dire le pouvoir et l’opposition politique d’abord, mais aussi tous les autres partenaires dont notamment la société civile ».

Quand Elie parle de l’opposition politique, il met un accent sur le Cnared regroupant les politiciens qui se sont exilés, ayant été contre le nouveau mandat du président en place. Par ailleurs, Elie estime que ce dialogue devrait se tenir en pays étranger. « Même les négociations qui ont abouti à l’accord d’Arusha se sont déroulés à l’extérieur, avec l’appui de nos partenaires ».

Il explique aussi que si ces négociations se tenaient à l’étranger, c’est là où l’opposition s’exprimerait plus librement. Elie soutient également que le conflit burundais est politique. Donc pour lui, il faut trouver une solution politique, et une solution négociée entre toutes les parties concernées.

L’administrateur communal de Muramvya Dieudonné Nsabimana estime de son côté que le dialogue peut se faire via la commission de dialogue inter-burundais récemment mise en place par le gouvernement. « En cas de besoin, cette commission peut se rendre à l’étranger pour se rencontrer et parler avec l’une ou l’autre partie qui ne veut pas être consultée au niveau national.

Mais pour Monsieur Nsabimana, une chose importe le plus pour sa population : la paix et la sécurité. Il demande ainsi aux habitants de sa commune que si une fois les membres de cette commission venaient les consulter, il faut répondre à l’appel et donner librement leurs versions.

Dieudonné Nsabimana insiste encore : « Que personne ne vienne un jour ou l’autre pour diviser la population ». Il recommande à sa population de garder à l’esprit qu’il faut rester unie et solidaire, en tout et partout.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

296 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique,(popularité : 15 %)

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 15 %)

La plus belle ambassade des Etats Unis en Afrique est au Burundi ,(popularité : 11 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 11 %)

Ils seraient sur le point d’être réconciliés ,(popularité : 8 %)

Muyinga/L’évêque du diocèse catholique dénonce les messages divisionnistes,(popularité : 8 %)

« Dialogue » ou « Monologue » ?,(popularité : 8 %)

Le président somalien en visite au Burundi ,(popularité : 8 %)

Des réactions légèrement divergentes sur la démission de Mkapa ,(popularité : 8 %)

Les Imbonerakure en veulent à Anselme Nyandwi ,(popularité : 8 %)