Conseil de Sécurité : Nouvel appel au dialogue


Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l’unanimité ce jeudi une résolution qui appelle toutes les parties au conflit au Burundi à s’engager au dialogue. Cette résolution demande aussi la cessation de toute forme de violence



Par: Isanganiro , vendredi 13 novembre 2015  à 13 : 21 : 55
a

Dans cette résolution, le Conseil de Sécurité s’alarme de la situation qui prévaut dans le pays. Il souligne l’aggravation continue de l’insécurité et la montée constante de la violence. L’impasse politique persistante dans le pays, caractérisée par l’absence de dialogue entre les parties prenantes burundaises, inquiète le Conseil de Sécurité.

Ce Conseil condamne les violations des droits et les atteintes à ces droits perpétrées tant par les forces de sécurité que par les milices et d’ autres groupes armés , les exécutions extrajudiciaires, les actes de torture, les arrestations arbitraires, les actes de harcèlement commis contre les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes. Il exhorte le Gouvernement à traduire en justice les responsables de violations du droit international humanitaire ou de violations des droits de l’homme et d’ atteintes à ces droits.

Pour cet organe des Nations Unies, un véritable dialogue associant toutes les parties, fondé sur le respect de la Constitution et de l’Accord d’Arusha, serait la meilleure façon d’aider les parties prenantes à trouver une solution de consensus.

« Le CS souligne la nécessité urgente de tenir un dialogue inter Burundais en coordination avec toutes les parties prenantes pacifiques concernées, qu’elles se trouvent dans le pays ou àl’étranger, afin de trouver une solution de consensus à la crise actuelle », lit-on dans son communiqué.

Pas de sanctions, mais des mesures supplémentaires envisagées

Le conseil de sécurité ne prévoit pas de sanctions mais envisage des mesures supplémentaires à l’ encontre de tous les acteurs burundais qui, par leurs actes ou propos, concourent à perpétuer la violence et entravent la recherche d’une solution à la crise

Le CS souligne qu’il importe que le Secrétaire Général des Nations suive de près la situation au Burundi et l’invite à déployer une équipe pour travailler avec le Gouvernement. Il le prie de le tenir informé dans les 15 jours, en présentant des options sur la présence future de l’organisation des Nations Unies au Burundi. Le secrétaire général est aussi tenu de présenter tous les 30 jours un rapport sur la situation au Burundi, en particulier sur l’état de la sécurité et les violations des droits de l’homme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

206 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"



a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril





Les plus populaires
Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi ,(popularité : 11 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 10 %)

Les collinaires, des élections différentes des autres,(popularité : 10 %)

« La loi a été respectée », dit le directeur de la radio Isanganiro,(popularité : 10 %)

Le Service National des Renseignements du Burundi dit non au 3èmè mandat du Président Nkurunziza,(popularité : 9 %)

3ème mandat : L’archevêque de Gitega conteste en usant de rhétorique ,(popularité : 9 %)

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI,(popularité : 9 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 9 %)

Burundi : 6 provinces se dotent de nouveaux dirigeants ,(popularité : 9 %)

La CVR a besoin des journalistes pour accomplir ses missions,(popularité : 8 %)