Conseil de Sécurité : Nouvel appel au dialogue


Le Conseil de sécurité des Nations Unies a adopté à l’unanimité ce jeudi une résolution qui appelle toutes les parties au conflit au Burundi à s’engager au dialogue. Cette résolution demande aussi la cessation de toute forme de violence



Par: Isanganiro , vendredi 13 novembre 2015  à 13 : 21 : 55
a

Dans cette résolution, le Conseil de Sécurité s’alarme de la situation qui prévaut dans le pays. Il souligne l’aggravation continue de l’insécurité et la montée constante de la violence. L’impasse politique persistante dans le pays, caractérisée par l’absence de dialogue entre les parties prenantes burundaises, inquiète le Conseil de Sécurité.

Ce Conseil condamne les violations des droits et les atteintes à ces droits perpétrées tant par les forces de sécurité que par les milices et d’ autres groupes armés , les exécutions extrajudiciaires, les actes de torture, les arrestations arbitraires, les actes de harcèlement commis contre les défenseurs des droits de l’homme et les journalistes. Il exhorte le Gouvernement à traduire en justice les responsables de violations du droit international humanitaire ou de violations des droits de l’homme et d’ atteintes à ces droits.

Pour cet organe des Nations Unies, un véritable dialogue associant toutes les parties, fondé sur le respect de la Constitution et de l’Accord d’Arusha, serait la meilleure façon d’aider les parties prenantes à trouver une solution de consensus.

« Le CS souligne la nécessité urgente de tenir un dialogue inter Burundais en coordination avec toutes les parties prenantes pacifiques concernées, qu’elles se trouvent dans le pays ou àl’étranger, afin de trouver une solution de consensus à la crise actuelle », lit-on dans son communiqué.

Pas de sanctions, mais des mesures supplémentaires envisagées

Le conseil de sécurité ne prévoit pas de sanctions mais envisage des mesures supplémentaires à l’ encontre de tous les acteurs burundais qui, par leurs actes ou propos, concourent à perpétuer la violence et entravent la recherche d’une solution à la crise

Le CS souligne qu’il importe que le Secrétaire Général des Nations suive de près la situation au Burundi et l’invite à déployer une équipe pour travailler avec le Gouvernement. Il le prie de le tenir informé dans les 15 jours, en présentant des options sur la présence future de l’organisation des Nations Unies au Burundi. Le secrétaire général est aussi tenu de présenter tous les 30 jours un rapport sur la situation au Burundi, en particulier sur l’état de la sécurité et les violations des droits de l’homme.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

182 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 8 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 8 %)

La décentralisation toujours problématique en Mairie de Bujumbura,(popularité : 4 %)

Pierre Nkurunziza devrait respecter les Accords d’Arusha et la constitution ,(popularité : 4 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 4 %)

L’UPRONA se dote de nouveaux organes ,(popularité : 4 %)

Bujumbura-Mairie : Le sénat burundais déterminé à mettre un terme aux constructions anarchiques ,(popularité : 4 %)

Le président du parti APDR destitué ,(popularité : 4 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 4 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 4 %)