Burundi : Le projet de loi sur Crédit-Bail adopté sur fond d’interrogations


Ce vendredi, 13 novembre 2015, l’Assemblée Nationale a adopté à l’unanimité le projet de loi portant définition des opérations de crédit-bail et des dispositions applicables au contrat de crédit-bail et réglementation des conditions d’exercice de ces activités. Certains députés estimaient qu’il ne devrait pas faire objet de loi.



Par: Isanganiro , vendredi 13 novembre 2015  à 16 : 45 : 25
a

Selon TABU Abdallah Manirakiza, ministre des finances, du budget et de la privatisation qui l’a présenté devant les députés, le projet de loi de Crédit-bail est un nouveau moyen d’investissement et de financement de petites et moyennes entreprises. Il permet de contracter un crédit pour exécuter des projets individuel sous protection de la loi. TABU Abdallah a rassuré les députés que le crédit-bail va développer le secteur de l’investissement au Burundi.

Avant d’être adopté, ce projet de loi a suscité de vives discutions entre les députés. « Quand on lit ce projet de loi en la confrontant à l’article 159 de la constitution, nous constatons qu’il ne devrait pas faire objet de loi. Je le dis parce que c’est un projet de loi qui consiste en des définitions et en mode d’application ! On dirait qu’il y a un investisseur qui est là, qui voudrait cette forme de facilité pour commencer son business.

« En réalité, il ne devrait pas faire objet de loi, à moins qu’il ne vienne dans le cadre de la relance économique ; mais encore une fois le crédit-bail est un moyen de financement parmi tant d’autres. Je pense que le crédit-bail ne devrait pas faire objet d’une loi mais plutôt d’un décret-loi », a critiqué Edouard Nduwimana, 2ème vice-président de l’Assemblée Nationale.

« C’est à cause des exonérations qui doivent être accordées », a expliqué le Ministre des finances. TABU Abdallah a en outre indiqué que le projet de loi vient en période d’évaluation en ce qui concerne le Doing business, de quoi améliorer le classement du Burundi.

Ce sera la législation par ricochet « ntacotuma riba itegeko, kwoba ari gukwegerako », a rétorqué le deuxième vice-président de l’Assemblée nationale. Cela a embarrassé le Ministre des finances qui s’est interrogé si la législation par ricochet n’est pas permise.

Le député Gabriel Ntisezerana a, quant à lui, qualifié le projet de loi comme un projet qui protège le crédit –bailleur au détriment du crédit-preneur.

C’est le Président de l’Assemblée Nationale qui a tranché. « Qu’on continue, le gouvernement a des raisons qui l’ont poussées de nous envoyer ce projet de loi, passons à ce qui reste », a recommandé Pascale Nyabenda.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

536 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 10 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 7 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 6 %)

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni,(popularité : 4 %)

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC,(popularité : 3 %)

Muyinga : La Tanzanie et le Burundi clarifient leurs frontières ,(popularité : 3 %)

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » ! ,(popularité : 3 %)

Les bashingantahe de l’UPRONA jugent inutile la tenue des congrès provinciaux ,(popularité : 3 %)

Corruption, protection des droits humains : défis qui menacent le Burundi selon Pamela J. Slutz,(popularité : 3 %)

ONU : Soutenons ce pays en exigeant encore,(popularité : 3 %)