Barack Obama appelle les dirigeants burundais à accepter une médiation hors du Burundi


Dans un message vidéo au peuple burundais, le président américain demande à mettre fin aux discours de haine et à se rassembler. Il appelle les autorités de Bujumbura et l’opposition à se rencontrer dans le cadre d’un dialogue.



Par: Isanganiro , samedi 14 novembre 2015  à 18 : 21 : 01
a

Après des mois de crise au Burundi, Barack Obama a décidé de s’adresser directement au peuple burundais.

Depuis la Maison-Blanche, il explique que "le Burundi est un pays beau et fier. Mais ces derniers mois, l’avenir de cette terre que vous aimez a été mis en danger."

M.Obama a des mots très durs envers "les dirigeants (qui) ont déversé une rhétorique haineuse. Des actes terribles de violence ont couté la vie à des hommes, des femmes et des enfants innocents. Au vue de l’histoire douloureuse du Burundi, nous savons où ce genre de violence peut mener. Aujourd’hui, vous avez la chance de choisir une autre voie."

Le président américain affirme s’adresser au Burundais "en tant que partenaire et ami".

Barack Obama demande "aux dirigeants du Burundi (...) de mettre de côté le langage de la haine et la division. Respectez votre engagement à participer à un dialogue sous médiation internationale hors du Burundi. Après tout, la vraie force réside en la capacité d’unifier un pays, pas de le déchirer."

L’armée burundaise est aussi concernée par ce message.

"Aux militaires du Burundi, vous représentez la possibilité du Burundi de dépasser les divisions et d’unir. Vous êtes les fils et les filles du Burundi. Vous avez aidé à maintenir la paix à travers l’Afrique. Maintenant, vous pouvez aider à maintenir la paix chez vous, en restant en dehors des conflits politiques et en protégeant le peuple burundais."

Enfin, le président américain a un dernier message pour le peuple burundais, à qui il demande de s’unir dans l’intérêt du pays.

"A tous les Burundais, souvenez-vous de ce que vous pouvez accomplir quand vous vous tenez ensemble, comment vous êtes sortis du colonialisme et avez construit une nation. Après la guerre civile et la lutte, vous avez travaillé pour reconstruire. Vous avez vu la possibilité d’un avenir meilleur et plus paisible. Ne laissez pas la rivalité politique ou les voix de la haine vous enlevez cela. Vous êtes un seul peuple, et maintenant il est temps de se lever contre la violence et de commencer le difficile travail d’unité. L’avenir de votre pays, l’avenir que vous voulez pour vos enfants, est entre vos mains."

Cette résolution propose de renforcer la "présence" de l’ONU au Burundi, ce qui pourrait mener au déploiement de Casques bleus pour apaiser les violences.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

308 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?



a

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique



a

Burundi : L’ombudsman et le ministère de l’intérieur divergent sur l’intolérance politique



a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur





Les plus populaires
Burundi : Quel risque si un président de la République n’est pas élu au premier tour en 2020 ?,(popularité : 28 %)

CVR : plus de 21 milliards de francs pour le plan stratégique ,(popularité : 13 %)

Rumonge : Une inauguration qui paralyse les activités économiques,(popularité : 10 %)

Le refoulement d’Alexis Sinduhije serait retardé d’une semaine ,(popularité : 9 %)

La recherche du troisième mandat paralyse l’Assemblée Nationale,(popularité : 9 %)

Burundi : Le parti cndd-fdd accuse Agathon Rwasa d’entretenir un groupe criminel ,(popularité : 8 %)

« La loi a été respectée », dit le directeur de la radio Isanganiro,(popularité : 8 %)

Bururi : Une destitution qui crée des remous,(popularité : 8 %)

Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 8 %)

Burundi : Suspension pour trois mois de toutes les ONGs non gouvernementales,(popularité : 8 %)