Burundi : Comparution du Directeur du Groupe de Presse Iwacu


Antoine KABURAHE a comparu ce lundi, 16 novembre 2015 devant le magistrat instructeur de la Cour Suprême. « La liberté de la presse est en danger », a chuchoté un journaliste venu soutenir le Directeur du Groupe de Presse Iwacu.



Par: Isanganiro , lundi 16 novembre 2015  à 15 : 16 : 30
a

« C’était pour répondre à une convocation reçue vendredi dernier en rapport avec la tentative du putsch manqué du 13 mai 2015 », a indiqué maître Lambert Nsabimana à la sortie de l’audience. Il fait savoir que l’interrogatoire a porté essentiellement sur l’implication du patron du Groupe de Presse Iwacu dans le coup d’état de mai dernier.

L’avocat d’Antoine KABURAHE se réjouit que son client soit libre. Il salue le déroulement de l’interrogatoire qui, selon lui, était dans une ambiance sereine. « Mon client ne s’accuse de rien, chaque fois convoqué il répondra », a dit d’un ton rassuré maître Lambert Nsabimana. Le directeur du Groupe de Presse Iwacu était assisté par 2 avocats, maître Lambert Nsabimana et maître Fabien Segatwa.

Sous anonymat, un journaliste rencontré sur place nous a confié que l’association des professionnels des médias dans la putsch est un signe de plus que les relations entre les médias indépendants et les autorités publiques s’empirent du jour le jour. Un autre a chuchoté : « la liberté de la presse est en danger ».

La comparution devant la justice du patron du Groupe de Presse Iwacu s’ajoute au mandat d’extradition contre trois autres journalistes, tous recherchés dans le cadre du coup d’état avorté du 13 mai 2015. En mi-octobre, le Procureur Générale de la république a émis une demande d’extradition de Bob RUGURIKA, directeur de la RPA, Gilbert NIYONKURU, journaliste de la RPA et Patrick NDUWIMANA directeur de la Radio Bonesha FM. Egide Mwemero de la RPA, lui, est en prison en RDC depuis le 13octobre dernier.

Blaise Célestin Ndihokubwayo de la Radio Isanganiro a, quant à lui, passé au début de ce mois 5 jour dans un cachot du Service National des Renseignements. A sa sortie, le motif de sa détention ne lui pas été signifié.

La famille des journalistes burundais se rappelle d’autres dates sombres. Le 13 octobre dernier, le journaliste cameraman de la radio-télévision nationale (RTNB) Christophe NKEZABAHIZI a été tué avec toute sa famille par des éléments en uniforme policière à son domicile à Ngagara. Des enquêtes de 10 jours ont été ouvertes par le procureur général de la république, mais un mois plus tard, les résultats n’ont pas encore été communiqués.

Le 27 septembre 2015, c’est le journaliste de l’ONG Benevolecija, Jimmy Elvis VYIZIGIRO, qui a été attaqué et torturé à la maison à Mutanga sud par des personnes jusqu’ici inconnues. Son matériel de travail a été emporté.

Le 02 août 2015, le journaliste de la Radio France internationale (RFI) a été arrêté et malmené par les agents du service national des renseignements, il prenait des photos sur le lieu de l’assassinat du Lieutenant Général Adolph NSHIMIRIMANA à Kamenge.

Aujourd’hui, des dizaines de journalistes des médias indépendants vivent en exil, l’Observatoire de la Presse Burundaise (OPB) estime à plus de 60 journalistes contraints de s’exiler après la destruction de leurs médiums, c’était le 14 mai 2015 au lendemain du coup d’état manqué du 13 le même mois.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

273 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Démocrate relâché par la justice à Cibitoke ,(popularité : 14 %)

CVR : La commission ad hoc agirait dans l’ombre,(popularité : 14 %)

Massacre à l’Université du Burundi : Gaston Hakiza, Recteur, témoin et lobbyiste ,(popularité : 14 %)

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi,(popularité : 13 %)

Les prisonniers de Mpimba visités par l’Ombudsman burundais,(popularité : 12 %)

Attaques de Cibitoke : Une famille reconnait son fils « victime d’exécution »,(popularité : 12 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 12 %)

La liste des demandes d’extradition de burundais à l’étranger s’allonge,(popularité : 11 %)

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux,(popularité : 11 %)

Le verdict des auteurs du putsch manqué est tombé,(popularité : 10 %)