Burundi : Comparution du Directeur du Groupe de Presse Iwacu


Antoine KABURAHE a comparu ce lundi, 16 novembre 2015 devant le magistrat instructeur de la Cour Suprême. « La liberté de la presse est en danger », a chuchoté un journaliste venu soutenir le Directeur du Groupe de Presse Iwacu.



Par: Isanganiro , lundi 16 novembre 2015  à 15 : 16 : 30
a

« C’était pour répondre à une convocation reçue vendredi dernier en rapport avec la tentative du putsch manqué du 13 mai 2015 », a indiqué maître Lambert Nsabimana à la sortie de l’audience. Il fait savoir que l’interrogatoire a porté essentiellement sur l’implication du patron du Groupe de Presse Iwacu dans le coup d’état de mai dernier.

L’avocat d’Antoine KABURAHE se réjouit que son client soit libre. Il salue le déroulement de l’interrogatoire qui, selon lui, était dans une ambiance sereine. « Mon client ne s’accuse de rien, chaque fois convoqué il répondra », a dit d’un ton rassuré maître Lambert Nsabimana. Le directeur du Groupe de Presse Iwacu était assisté par 2 avocats, maître Lambert Nsabimana et maître Fabien Segatwa.

Sous anonymat, un journaliste rencontré sur place nous a confié que l’association des professionnels des médias dans la putsch est un signe de plus que les relations entre les médias indépendants et les autorités publiques s’empirent du jour le jour. Un autre a chuchoté : « la liberté de la presse est en danger ».

La comparution devant la justice du patron du Groupe de Presse Iwacu s’ajoute au mandat d’extradition contre trois autres journalistes, tous recherchés dans le cadre du coup d’état avorté du 13 mai 2015. En mi-octobre, le Procureur Générale de la république a émis une demande d’extradition de Bob RUGURIKA, directeur de la RPA, Gilbert NIYONKURU, journaliste de la RPA et Patrick NDUWIMANA directeur de la Radio Bonesha FM. Egide Mwemero de la RPA, lui, est en prison en RDC depuis le 13octobre dernier.

Blaise Célestin Ndihokubwayo de la Radio Isanganiro a, quant à lui, passé au début de ce mois 5 jour dans un cachot du Service National des Renseignements. A sa sortie, le motif de sa détention ne lui pas été signifié.

La famille des journalistes burundais se rappelle d’autres dates sombres. Le 13 octobre dernier, le journaliste cameraman de la radio-télévision nationale (RTNB) Christophe NKEZABAHIZI a été tué avec toute sa famille par des éléments en uniforme policière à son domicile à Ngagara. Des enquêtes de 10 jours ont été ouvertes par le procureur général de la république, mais un mois plus tard, les résultats n’ont pas encore été communiqués.

Le 27 septembre 2015, c’est le journaliste de l’ONG Benevolecija, Jimmy Elvis VYIZIGIRO, qui a été attaqué et torturé à la maison à Mutanga sud par des personnes jusqu’ici inconnues. Son matériel de travail a été emporté.

Le 02 août 2015, le journaliste de la Radio France internationale (RFI) a été arrêté et malmené par les agents du service national des renseignements, il prenait des photos sur le lieu de l’assassinat du Lieutenant Général Adolph NSHIMIRIMANA à Kamenge.

Aujourd’hui, des dizaines de journalistes des médias indépendants vivent en exil, l’Observatoire de la Presse Burundaise (OPB) estime à plus de 60 journalistes contraints de s’exiler après la destruction de leurs médiums, c’était le 14 mai 2015 au lendemain du coup d’état manqué du 13 le même mois.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

247 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 4 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 3 %)

Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 3 %)

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Troubles au sein de la prison centrale de Gitega,(popularité : 3 %)

Burundi : situation carcérale précaire ,(popularité : 3 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 3 %)

L’Aprodh déplore l’augmentation de prisonniers ces derniers jours suite aux tensions politiques ,(popularité : 3 %)

Arrêt des activités contre une main politique dans la justice,(popularité : 3 %)

Le sénat valide la nomination de six magistrats,(popularité : 3 %)