RSF s’étonne de l’audition du directeur d’Iwacu


Antoine Kaburahe, directeur du groupe de presse Iwacu, a comparu lundi 16 novembre devant la cour suprême à Bujumbura. Il a été interrogé sur le coup d’Etat manqué du 13 mai. L’ONG Reporters Sans Frontières s’étonne, mais garde l’espoir qu’il ne s’agit pas d’une mesure d’intimidation.



Par: Isanganiro , mardi 17 novembre 2015  à 10 : 46 : 29
a

« Nous sommes surpris qu’Antoine Kaburahe soit convoqué et auditionné plus de six mois après les événements de mai 2015 », déclare Cléa Khan-Sriber, responsable du bureau Afrique de Reporters Sans Frontières.

A travers un communiqué, Madame Cléa espère que ceci n’est pas une mesure d’intimidation contre les journalistes. Elle renchérit : « Il est important que la justice burundaise ne fasse pas l’amalgame entre les militaires qui ont intenté un putsch et la société civile burundaise, dont font partie les médias, qui ont légitimement le droit de parler et d’informer leurs concitoyens sur ce qui se passe dans le pays ».

Le communiqué de RSF rappelle que d’autres journalistes ont été convoqués par la justice burundaise dans le cadre de l’enquête sur le dossier numéro 697 relatif au coup d’Etat manqué du 13 mai. C’est le cas notamment d’Innocent Muhozi, directeur de Radio-Télé Renaissance qui, début juillet, « avait passé cinq heures dans le bureau du procureur ». Les questions portaient sur les liens entre les médias et le putsch, « notamment sur les radios ayant diffusé le message des putschistes ».

Après l’audition de lundi, le directeur du groupe de presse Iwacu est rentré chez lui. Un de ses avocats Me Lambert Nsabimana s’en réjouit. Il explique que son client ne s’accuse de rien, précisant que chaque fois que la justice aura besoin de lui, il répondra présent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

169 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC



a

Burundi : Le procureur général de la République apporte un démenti contre une vidéo de la BBC



a

« Le Burundi ne respecte pas les droits de l’homme pour satisfaire la communauté internationale », selon le ministre Nivyabandi



a

Mgr Jean Louis Nahimana remet sa veste à Ndayicariye à la tête de la CVR



a

Le gouvernement burundais décide une fermeture définitive du bureau du Haut-Commissariat de l’ONU aux droits de l’homme au Burundi



a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU





Les plus populaires
En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza,(popularité : 60 %)

Muyinga : deux présumés auteurs d’assassinats acquittés ,(popularité : 11 %)

HRW interdit de publier son rapport sur le Burundi, l’ONU s’inquiète ,(popularité : 7 %)

Le président de l’ADC-Ikibiri écouté par la justice ,(popularité : 6 %)

Plus de 328 prisonniers de Mpimba bénéficient d’un élargissement provisoire ,(popularité : 5 %)

Hassan Ruvakuki : De la perpetuité à trois ans ! ,(popularité : 5 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 5 %)

Un remous autour des cas d’exécutions extrajudiciaires,(popularité : 5 %)

Peu de pays reconnaissent à leurs citoyens le droit de faire recours à la cours africaine,(popularité : 5 %)

Certes le spot va cesser, et la libération de Ruvakuki ?,(popularité : 5 %)