RSF s’étonne de l’audition du directeur d’Iwacu


Antoine Kaburahe, directeur du groupe de presse Iwacu, a comparu lundi 16 novembre devant la cour suprême à Bujumbura. Il a été interrogé sur le coup d’Etat manqué du 13 mai. L’ONG Reporters Sans Frontières s’étonne, mais garde l’espoir qu’il ne s’agit pas d’une mesure d’intimidation.



Par: Isanganiro , mardi 17 novembre 2015  à 10 : 46 : 29
a

« Nous sommes surpris qu’Antoine Kaburahe soit convoqué et auditionné plus de six mois après les événements de mai 2015 », déclare Cléa Khan-Sriber, responsable du bureau Afrique de Reporters Sans Frontières.

A travers un communiqué, Madame Cléa espère que ceci n’est pas une mesure d’intimidation contre les journalistes. Elle renchérit : « Il est important que la justice burundaise ne fasse pas l’amalgame entre les militaires qui ont intenté un putsch et la société civile burundaise, dont font partie les médias, qui ont légitimement le droit de parler et d’informer leurs concitoyens sur ce qui se passe dans le pays ».

Le communiqué de RSF rappelle que d’autres journalistes ont été convoqués par la justice burundaise dans le cadre de l’enquête sur le dossier numéro 697 relatif au coup d’Etat manqué du 13 mai. C’est le cas notamment d’Innocent Muhozi, directeur de Radio-Télé Renaissance qui, début juillet, « avait passé cinq heures dans le bureau du procureur ». Les questions portaient sur les liens entre les médias et le putsch, « notamment sur les radios ayant diffusé le message des putschistes ».

Après l’audition de lundi, le directeur du groupe de presse Iwacu est rentré chez lui. Un de ses avocats Me Lambert Nsabimana s’en réjouit. Il explique que son client ne s’accuse de rien, précisant que chaque fois que la justice aura besoin de lui, il répondra présent.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

156 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » !



a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »





Les plus populaires
MAHOPA : fuite ou enlèvement ?,(popularité : 3 %)

Les 28 putschistes comparaissent en audience publique,(popularité : 3 %)

Des dossiers « ayant fait couler beaucoup d’encre et de salive » ! ,(popularité : 3 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 2 %)

Deux pays différents deux justices différentes : Sinduhije libéré ce mardi ,(popularité : 2 %)

Pierre Claver Mbonimpa devant la justice ce vendredi,(popularité : 2 %)

Le FORSC satisfait de l’appel de l’UE contre des agents cités dans des assassinats,(popularité : 2 %)

Affaire Nyakabeto : lourdes sanctions contre les opposants à l’expulsion,(popularité : 2 %)

Le procès de Gatumba : Des cadres de la police dans la ligne de mire de la défense,(popularité : 2 %)

Le rapport des massacres de Gatumba « remis à qui de droit » ,(popularité : 2 %)