L’UE appelle les autorités burundaises à répondre aux consultations prévues par l’Accord de Cotonou


L’Union Européenne interpelle les autorités burundaises à participer aux consultations prévues par l’article 96 de l’Accord de Cotonou. Cela permettrait de chercher une solution acceptable pour les parties afin de remédier au non respect des éléments de cet Accord.



Par: Isanganiro , mardi 17 novembre 2015  à 11 : 52 : 46
a

L’UE regrette l’impasse politique dans le pays, marquée par le refus d’un réel dialogue entre les acteurs burundais et par la violence.

Dans un communiqué sorti ce lundi, l’UE condamne les discours ‘’incendiaires et appel à la haine’’ qui risquent d’aggraver la situation déjà précaire et inacceptable. « Ces développements peuvent avoir des conséquences tragiques pour le Burundi et pour la région toute entière ».

L’UE souligne qu’elle se réserve la possibilité d’adopter de nouvelles mesures restrictives ciblées à l’encontre de ceux dont l’action ou le discours auraient conduit ou conduiraient à des actes de violence.

Pour l’UE, seuls le dialogue et la recherche du consensus, dans le respect de l’Accord d’Arusha et de la Constitution du Burundi, permettront de trouver une solution politique durable dans l’intérêt de tous les Burundais.

L’UE invite les autorités burundaises à participer aux consultations prévues par l’article 96 de l’Accord de Cotonou pour rechercher une solution acceptable pour les parties afin de remédier au non respect des éléments de l’Accord que sont les droits de l’homme, les principes démocratiques et l’Etat de droit.

Le 26 octobre dernier, l’UE a invité le Président Burundais à des consultations conformément à la procédure prévue par l’article 96 de l’Accord de Cotonou, sous peine de suspendre le Burundi de cet Accord. Ces consultations sont prévues en cas de non respect des éléments essentiels du même Accord que sont les droits de l’homme, les principes démocratiques et l’Etat de droit. Le Gouvernement a 30 jours pour pouvoir se prononcer et éventuellement décider de la tenue de ces consultations.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

307 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi



a

Rumonge : Le CNL dénonce l’intolérance politique



a

Bubanza : cinq membres du parti CNL incarcérés



a

Muyinga : des plans communaux de développement indispensables mais onéreux



a

Le CNDD-FDD accuse l’opposition de "provocation"



a

Le parti CNL hausse le ton face au "harcèlement politique" à son encontre



a

Burundi : les églises dans le viseur du ministère de l’intérieur



a

Mwaro : La CENI invite les politiciens à éviter toute forme de manipulation



a

Muyinga : Une personne perd la vie suite aux échauffourées "politiques"



a

Le parlement burundais ouvre sa session d’avril





Les plus populaires
Agathon Rwasa opte pour CNL que FNL,(popularité : 13 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 9 %)

Le Burundi favorable à l’indépendance du Kosovo ,(popularité : 9 %)

Burundi - Coopération : le Comesa prêt à rembourser le Burundi ,(popularité : 9 %)

IJAMBO RY’UMUKURU W’IGIHUGU PETERO NKURUNZIZA YIPFURIZA UMWAKA MWIZA W’2019 ABARUNDI N’ABABA MU BURUNDI,(popularité : 8 %)

Dossier Ernest Manirumva : La verité se cherche encore,(popularité : 6 %)

Le comité central est gestionnaire de la crise de l’Uprona,(popularité : 6 %)

Des travaux d’exhumation des restes du dernier roi du Burundi lancés ce mardi à Gitega,(popularité : 6 %)

Le Sénat réclame la suspension de l’administrateur de Nyabikere,(popularité : 6 %)

La CENI de 2015 devrait inspirer confiance,(popularité : 6 %)