Rumonge : Les motards dans l’attente de la reprise de leur activité


Une centaine des motos opérant dans la province de Rumonge ont été saisies entre les 9 et 16 de ce mois de novembre 2015. La police de Rumonge exige au minimum le permis de conduire, l’assurance et le contrôle technique pour la remise de la moto saisie.



Par: Isanganiro , mardi 17 novembre 2015  à 13 : 04 : 33
a

126 motos ont été saisies dans les 5 communes de la province Rumonge au cours de cette semaine. Celles de la commune Rumonge ont été rassemblées dans trois places : le commissariat provincial de police à Rumonge, le poste de police de Rumonge et le poste de la Regideso près de la rivière Murembwe.

La plupart des motards transportaient en effet jusqu’à trois personnes sur une même moto, sans casques, sans permis de conduire, sans assurance, sans contrôle technique et quelques fois même des motos sans plaques d’immatriculation. La police de Rumonge a dénombré 7 morts cognés par des motos sans plaques d’immatriculation ces trois derniers mois et le représentant des motards de Rutumo en commune Rumonge le reconnaît.

Jusque ce lundi 16 novembre 2015, une douzaine de motos avait été remise moyennant présentation des documents exigés et promettant de respecter la loi régissant le transport sur moto. La police de Rumonge continuera cette remise aussitôt que les documents seront présentés, au moins le permis de conduire, l’assurance et le contrôle technique. A la question de savoir pourquoi ces motards opéraient sans documents aux yeux des policiers, un brigadier explique que les motards ne s’arrêtent jamais quand la police de sécurité routière les intercepte.

Le constat est que ces motos sont récupérées par leurs propriétaires qui disposent de tous les documents exigés. Ils emploient ensuite des motards sans permis notamment moyennant un versement de 10000fbu par jour. Le sous commissaire provincial de police de Rumonge chargé de la sécurité intérieure dit que la saisie devra se poursuivre pour ramener à l’ordre tous les motards y compris ceux qui ont caché leurs motos lors de cette saisie.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

216 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Economie : "Le secteur minier doit être régulé"



a

Burundi : Une faible inclusion financière inquiète le RIM



a

Initiatives porteuses d’un probable redressement du secteur minier au Burundi !



a

Bubanza : Une chute des prix de certains produits vivriers, un signe de la surproduction



a

Banque pour les jeunes : un rêve ou une réalité ?



a

Gihanga : les cultivateurs du village 2 demandent la levée de la mesure de la SRDI



a

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?



a

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »



a

Economie : La mise en application effective de la convention « Orts-Milner » tombe à l’eau



a

Transport : Le Sénat burundais fustige l’état des routes construites ces derniers jours





Les plus populaires
Les victimes de l’incendie appelées à contacter le réseau des institutions des micros finances ,(popularité : 7 %)

Economie : "Le secteur minier doit être régulé",(popularité : 6 %)

Rumonge/ Problème de conservation du Mukeke suite au délestage électrique,(popularité : 3 %)

Burundi : Recul dans le classement en Indice de Développement Humain ,(popularité : 2 %)

L’OAG s’inscrit en faux contre le "deux poids deux mesures" sur l’IPR,(popularité : 2 %)

Kyte Rachel promet que la B.M collaborera avec le Burundi pour le développement durable ,(popularité : 2 %)

Les non dits des micro finances,(popularité : 2 %)

Le Burundi pourrait importer de l’internet de la Tanzanie ,(popularité : 2 %)

Vers la renaissance de la SOSUMO,(popularité : 2 %)

Taux des crédits bancaires élevés : Source de faible taux d’inclusion financière,(popularité : 2 %)