Burundi : La Radio Isanganiro souffle sa 13ème bougie dans la tristesse


La Radio Isanganiro a commencé à émettre le 18 novembre 2002 en plein conflit inter ethnique. Créer un terrain d’entente entre les belligérants dans la crise était son souci numéro 1. Aujourd’hui, elle n’émet plus, victime d’un autre conflit socio-politique.



Par: Isanganiro , mercredi 18 novembre 2015  à 12 : 35 : 47
a

« Le 13ème anniversaire de la Radio Isanganiro est différent des autres. Nous célébrons cette journée dans la souffrance : la radio n’émet plus, certains de nos journalistes sont en exil, d’autres sont persécutés ou travaillent sous pression », indique le Directeur aï de la Radio Isanganiro. Samson MANIRADUKUNDA regrette que depuis le 14 mai 2015, date de la destruction de la radio, le personnel de la radio Isanganiro n’a pas accès aux locaux de la radio à cause d’une décision judiciaire. Il estime que les « interminables » enquêtes diligentées par le Procureur Général de la République devraient prendre fin.

Le Directeur aï de la Radio Isanganiro note avec regret que la situation dans laquelle la Radio Isanganiro est plongée prive la population de son droit constitutionnel d’être informée. Toutefois, il y a lieu d’espérer dit-il, les autorités se ressaisiront un jour et permettront à la radio d’émettre encore pour exécuter le contrat qu’elle a avec la population : celui de la tenir informée.

Judith BASUTAMA, journaliste indépendante, salue le courage des journalistes de la Radio Isanganiro, qui malgré les difficultés, continuent à honorer leur devoir d’informer la population via les réseaux sociaux : www : isanganiro.org, Facebook et tweeter. Elle estime que la population qui n’est pas en mesure de suivre la Radio Isanganiro sur les réseaux sociaux est en droit d’exiger des gouvernants de rouvrir tous les médias indépendants réduits au silence depuis le coup d’état manqué du 13 mai 2015. « J’ai l’impression que la population s’est résignée », souligne la journaliste indépendante.

Avec notre devise « Inama asumba ingimba » (le dialogue vaut mieux que la guerre), nous allons nous débattre pour continuer à informer la population, promet le Directeur de la radio isanganiro.

La Radio Isanganiro a été détruite le 14 mai 2015 au lendemain du putsch manqué du 13 mai. Depuis, 6 autres médias indépendants ont été détruits ou sommés de cesser d’émettre. Le procureur général de la république a ouvert des enquêtes pour connaitre les auteurs de ces forfaits et l’implication des médias dans le coup d’état. Six mois après on attend toujours les résultats.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

372 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents scolaires ,(popularité : 20 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 9 %)

Muyinga/ Lancement de "AMASHIGA" pour lutter contre la malnutrition chronique,(popularité : 3 %)

Une représentation élue mais non reconnue des étudiants à l’Université du Burundi,(popularité : 3 %)

Le Burundi se dote d’un premier centre de traitement d’Ebola,(popularité : 3 %)

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats,(popularité : 3 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 3 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 3 %)

BURUNDI/SOCIETE : Le Centre Humura au service de la nation,(popularité : 3 %)

Muyinga : Les chrétiens doivent s’engager dans la politique,(popularité : 3 %)