Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques




Par: Isanganiro , jeudi 19 novembre 2015  à 07 : 57 : 02
a

Les burundais avaient l’habitude de certaines pratiques de “lavements” et donnaient aux enfants quelques produits de compléments appelés “ingaburo”.

La spiruline, une bactérie, cultivée au Burundi peut maintenant jouer ce rôle de complément alimentaire.

Selon Joseph kirahagazwe, son promoteur qui la produit de façon artisanale dans une piscine à Gihosha dans la commune de Ntahangwa , la spiruline est composée de toutes les vitamines sauf la vitamine C, et tous les minéraux dont l’organisme a besoin comme le calcium, fer, zinc, phosphore, magnésium, et les 8 acides aminées que le corps ne peut pas synthétiser.

Kirahagazwe affirme que si les burundais utilisent la spiruline, ils pourraient bien lutter contre la sous alimentation qui a déjà atteint 66 % des burundais d après la FAO.
Certaines personnes consomment aussi la spiruline pour la prévention de maladies, d’autres à des fins curatifs, d autres encore pour l’entretien de leurs corps avec 6 grammes par jours.

Selon Joseph kirahagazwe , la spiruline peut en effet réguler aussi beaucoup de pathologies surtout la plupart des maladies chroniques comme l’ hyper tension, le diabète, le mal de dos et des genoux, les migraines, la constipation, les nerfs sciatiques etc

La spiruline est vendue sous de forme de granulé et de petites paillettes de couleur verte.

Joseph Kirahagazwe déconseille cependant aux Burundais de ne pas acheter la spiruline sous forme de comprimés car ces comprimés viennent des pays industrialisés qui sont très pollués. La spiruline pourrait donc être contaminée et aura soit une mauvaise coloration ou alors sa composition sera amoindrie, avec 8 % de protéines alors que la spiruline burundaise contient 70 % de protéines.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

304 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 28 %)

Un orphelin cherche désesperemment 5.000 dollars américains pour son opération ,(popularité : 6 %)

Mwaro : La pression démographique, un défi à l’enseignement,(popularité : 4 %)

Le Burundi parmi les prochaines victimes de la famine, parle un rapport ,(popularité : 4 %)

Gitega : Une fillette malformée attend beaucoup de vos gestes charitables,(popularité : 4 %)

Editorial : « Eduquer ou Périr »,(popularité : 4 %)

Les journalistes burundais en marche avant le dernier jugement ,(popularité : 4 %)

Pénurie d’eau au chef-lieu de Cibitoke : risques des maladies des mains sales ,(popularité : 4 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 4 %)

Vers de nouvelles directives contre la Tuberculose au Burundi ,(popularité : 3 %)