Le Kenya et la Chine demandent aux parties en conflit au Burundi d’entamer le dialogue


Le président kenyan, Uhuru Kenyatta, exhorte le Burundi à embrasser le dialogue pour éviter de plonger le pays dans la guerre. Il demande à son homologue Pierre Nkurunziza d’amener toutes les parties à la table de négociations pour résoudre rapidement l’impasse politique dans le pays.



Par: Isanganiro , jeudi 19 novembre 2015  à 12 : 49 : 32
a

« Le président Nkurunziza est le garant de la Nation. Voilà pourquoi nous lui demandons d’impliquer toutes les parties dans la recherche d’une solution au conflit », a-t-il dit mercredi 18 novembre, lors d’un entretien avec le Représentant Spécial du gouvernement chinois pour les affaires africaines Zhong Jianhua qui était en visite à Nairobi, la capitale Kenyane. Les deux personnalités échangeaient sur la situation au Burundi.

Pour le président Kenyatta, la paix et la stabilité dans le pays remportent sur toutes les autres questions, « Toutes les parties doivent être impliquées pour rétablir la paix et la sécurité » a t- il insisté.

De son côté, le Représentant Spécial chinois pour les affaires africaines renseigne qu’ il est dans l’intérêt de la chine que la sécurité soit rétablie dans la région. Il se dit de plus en plus préoccupé par le conflit burundais.

Zhong estime que la détérioration de la situation au Burundi est une menace pour le développement de l’Afrique de l’Est. Il appelle ainsi le président Nkurunziza à être plus réceptif au dialogue dans la recherche d’une solution durable. Il assure que la Chine et la communauté internationale sont prêtes à donner le soutien nécessaire pour résoudre le conflit au Burundi.

Photo : telegraph.co.uk




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

370 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 12 %)

Burundi : L’avant-dernier pas de l’amendement de la constitution burundaise,(popularité : 3 %)

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?,(popularité : 3 %)

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques,(popularité : 3 %)

Transfert temporaire du siège de la CIRGL,(popularité : 2 %)

Lucien Rukevya : Le SNR ne travaille pas tambour battant,(popularité : 2 %)

François Bizimana quotte négativement le parti Uprona ,(popularité : 2 %)

Le Burundi vers 2027 ,(popularité : 2 %)

L’ADC-Ikibiri : n’a pas d’ « espoir en la nouvelle équipe » du parti CNDDFDD,(popularité : 2 %)

Pierre Ngendandumwe était patriote ,(popularité : 2 %)