Crise burundaise : plus de cas de rechutes au CNPK


La crise socio-politico- sécuritaire que traverse le Burundi depuis sept mois a causé des troubles psychologiques et des rechutes chez les malades mentaux du centre Neuro psychiatrique de Kamenge CNPK. Selon Frère Hypollyte Manirakiza Directeur du CNPK, les enfants qui entendent des crépitements d’armes ou qui voient des cadavres jonchant les rues sont particulièrement affectés.



Par: Isanganiro , vendredi 20 novembre 2015  à 11 : 37 : 02
a

D’après le directeur du CNPK, des troubles psychologiques ont augmenté surtout en Mairie de Bujumbura même si des études y relatives n’ont pas encore été faites. Plus de 50 % des patients de l’intérieur du pays et 45 % de la mairie de Bujumbura ne sont pas allés récupérer leurs médicaments par peur. Cela a entrainé une augmentation sensible des cas de rechutes.

Une certaine fragilité psychologique a frappé les enfants comme les adultes de divers quartiers de la Municipalité de Bujumbura. Consécutivement à cette situation, le CNPK a enregistré beaucoup de patients qui racontaient tout ce qu’ils ont vu (des morts) ou entendu (crépitements d’armes).

Selon toujours frère Manirakiza, les enfants perdent de plus en plus l’espace sécuritaire et vivent alors l’espace pathogène.

Ce responsable de l’établissement dit « kwa Legentil » conseille aux jeunes burundais de peser le pour et le contre et de prendre la distance face aux tueries qui s’observent aujourd’hui. Manirakiza suggère aux familles de protéger leurs jeunes enfants afin de les aider à bien préparer leur avenir.

Dans le but de prévenir les risques des troubles psychologiques liés à la situation sécuritaire actuelle, ce centre entend inaugurer bientôt un centre d’écoute pour les moins de 18 ans.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

284 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre



a

Burundi : le ministère de l’Intérieur menace de retirer l’agrément de certaines églises



a

Burundi - ONGs : le ministère de la Solidarité invite les ONG partenaires d’allers sur terrain



a

Muyinga : des familles inquiètes suite à un verdict de la CNTB



a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger





Les plus populaires
Bubanza : Les femmes réclament une sensibilisation sur l’égalité de genre,(popularité : 72 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 29 %)

Burundi : La réhabilitation de la RN3 pour bientôt,(popularité : 28 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 28 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 25 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 24 %)

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara,(popularité : 23 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 20 %)

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 20 %)

Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 20 %)