Crise burundaise : plus de cas de rechutes au CNPK


La crise socio-politico- sécuritaire que traverse le Burundi depuis sept mois a causé des troubles psychologiques et des rechutes chez les malades mentaux du centre Neuro psychiatrique de Kamenge CNPK. Selon Frère Hypollyte Manirakiza Directeur du CNPK, les enfants qui entendent des crépitements d’armes ou qui voient des cadavres jonchant les rues sont particulièrement affectés.



Par: Isanganiro , vendredi 20 novembre 2015  à 11 : 37 : 02
a

D’après le directeur du CNPK, des troubles psychologiques ont augmenté surtout en Mairie de Bujumbura même si des études y relatives n’ont pas encore été faites. Plus de 50 % des patients de l’intérieur du pays et 45 % de la mairie de Bujumbura ne sont pas allés récupérer leurs médicaments par peur. Cela a entrainé une augmentation sensible des cas de rechutes.

Une certaine fragilité psychologique a frappé les enfants comme les adultes de divers quartiers de la Municipalité de Bujumbura. Consécutivement à cette situation, le CNPK a enregistré beaucoup de patients qui racontaient tout ce qu’ils ont vu (des morts) ou entendu (crépitements d’armes).

Selon toujours frère Manirakiza, les enfants perdent de plus en plus l’espace sécuritaire et vivent alors l’espace pathogène.

Ce responsable de l’établissement dit « kwa Legentil » conseille aux jeunes burundais de peser le pour et le contre et de prendre la distance face aux tueries qui s’observent aujourd’hui. Manirakiza suggère aux familles de protéger leurs jeunes enfants afin de les aider à bien préparer leur avenir.

Dans le but de prévenir les risques des troubles psychologiques liés à la situation sécuritaire actuelle, ce centre entend inaugurer bientôt un centre d’écoute pour les moins de 18 ans.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

272 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara





Les plus populaires
Burundi : La lèpre, une maladie qui frappe encore la population burundaise ,(popularité : 5 %)

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire ,(popularité : 4 %)

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires ,(popularité : 4 %)

Une bactérie cultivée au Burundi pour jouer le rôle de complément nutritif et réguler les maladies chroniques,(popularité : 4 %)

L’Union Européenne déçue par la nouvelle loi sur la presse ,(popularité : 3 %)

La COSYBU plaide pour une harmonisation salariale juste ,(popularité : 3 %)

Climat délétère entre Léo et Onamob,(popularité : 3 %)

PSG : Les agents crient à l’injustice,(popularité : 3 %)

Les anciens hommes armés handicapés réclament leurs droits ,(popularité : 3 %)

Village Health Works veut construire un pavillon pour la santé de la mère au Burundi ,(popularité : 3 %)