Crise burundaise : plus de cas de rechutes au CNPK


La crise socio-politico- sécuritaire que traverse le Burundi depuis sept mois a causé des troubles psychologiques et des rechutes chez les malades mentaux du centre Neuro psychiatrique de Kamenge CNPK. Selon Frère Hypollyte Manirakiza Directeur du CNPK, les enfants qui entendent des crépitements d’armes ou qui voient des cadavres jonchant les rues sont particulièrement affectés.



Par: Isanganiro , vendredi 20 novembre 2015  à 11 : 37 : 02
a

D’après le directeur du CNPK, des troubles psychologiques ont augmenté surtout en Mairie de Bujumbura même si des études y relatives n’ont pas encore été faites. Plus de 50 % des patients de l’intérieur du pays et 45 % de la mairie de Bujumbura ne sont pas allés récupérer leurs médicaments par peur. Cela a entrainé une augmentation sensible des cas de rechutes.

Une certaine fragilité psychologique a frappé les enfants comme les adultes de divers quartiers de la Municipalité de Bujumbura. Consécutivement à cette situation, le CNPK a enregistré beaucoup de patients qui racontaient tout ce qu’ils ont vu (des morts) ou entendu (crépitements d’armes).

Selon toujours frère Manirakiza, les enfants perdent de plus en plus l’espace sécuritaire et vivent alors l’espace pathogène.

Ce responsable de l’établissement dit « kwa Legentil » conseille aux jeunes burundais de peser le pour et le contre et de prendre la distance face aux tueries qui s’observent aujourd’hui. Manirakiza suggère aux familles de protéger leurs jeunes enfants afin de les aider à bien préparer leur avenir.

Dans le but de prévenir les risques des troubles psychologiques liés à la situation sécuritaire actuelle, ce centre entend inaugurer bientôt un centre d’écoute pour les moins de 18 ans.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

261 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

La sexualité reste un sujet tabou au Burundi. Alors ?,(popularité : 3 %)

SOS : Manirakiza Donatien avec sa langue gonflée depuis sa naissance,(popularité : 3 %)

Les personnes vivant avec le handicap demandent le respect de leur droit pour une autonomie effective,(popularité : 2 %)

La construction du tombeau du Lieutenant Général Adolphe Nshimirimana,(popularité : 2 %)

Bujumbura : La liste des Bashingantahe s’allonge,(popularité : 2 %)

Kirundo : La famine encore une fois à la porte ,(popularité : 2 %)

Rumonge : Pots de vin pour corriger l’Examen d’Etat !,(popularité : 2 %)

Droits de l’homme : Nouvelle contribution au nom de « solidarité locale » !,(popularité : 2 %)

Avenue de l’amitié et de la mission, enfin réhabilitées ,(popularité : 2 %)