Le SEEPBU réfléchit sur la gouvernance à l’école fondamentale


Le syndicat des enseignants des écoles primaires du Burundi a organisé vendredi 20 novembre, une journée de réflexion sur les défis de gouvernance de l’école fondamentale. Un expert lance le débat : qui est qualifié le mieux pour diriger l’école fondamentale ?



Par: Isanganiro , vendredi 20 novembre 2015  à 13 : 44 : 21
a

Professeur Joseph Ndayisaba, un des consultants du jour, a parlé des compétences notamment des directeurs d’écoles. Il explique que la qualification requiert un diplôme, mais aussi l’expérience. « Etre compétent, dit-il, ce n’est pas seulement savoir comment exécuter une tâche, mais également il faut être capable d’exécuter la tâche ».

Le consultant a lancé un sujet qui fait objet de débat : entre un D6 et un licencié en Biologie, qui est le plus qualifié pour diriger l’école fondamentale ? M. Ndayisaba fait savoir qu’en 2013-2014, la grande majorité des enseignants de l’ECOFO avaient le niveau D6, c’est-à-dire des lauréats du lycée pédagogique (LP) ou de l’ancienne école de formation des instituteurs (EFI).

Pour lui, la sous qualification des responsables scolaires a un impact notamment sur le respect des normes en équipements et infrastructures, et sur les rapports avec les enseignants et les élèves.

Joseph Ndayisaba renseigne avoir constaté que dans certains coins du pays, les enseignants sont mécontents des critères de recrutement et de promotion. Ils dénoncent « la corruption, le régionalisme et l’appartenance politique ».

En fin de compte, ce professeur d’Universités recommande de ne pas politiser les postes d’encadrement et de gestion des établissements scolaires. Il faut aussi affecter comme responsables des établissements les enseignants les plus expérimentés et les plus qualifiés, qui peuvent exercer une autorité pédagogique sur les enseignants.

De plus, il faudrait prévoir des promotions pour les enseignants les plus expérimentés et les plus performants. « Ce qui peut dynamiser un enseignant, renchérit Ndayisaba, c’est l’espoir d’avoir une promotion ». Il recommande en outre de mettre en application les recommandations des Etats généraux de l’éducation, et mettre en place un plan de carrière pour les enseignants.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

257 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara





Les plus populaires
Une guerre de mots entre Sérapion et Pontien,(popularité : 6 %)

Une association chrétienne lance l’assurance vie pour motards et taxi vélo du Burundi ,(popularité : 6 %)

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Une prochaine guerre que nous devons combattre tous : celle d’ordre économique,(popularité : 5 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 4 %)

Les étudiants bénéficiaires des bourses d’amitié sont mécontents,(popularité : 4 %)

Invectivé par la CNTB,(popularité : 4 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 3 %)

Le projet de loi sur la presse contre ‘’une génération sans Sida’’,(popularité : 3 %)

La culture des œuvres de la diaspora se cherche encore ,(popularité : 3 %)