Les victimes du viol devaient poursuivre leurs bourreaux en justice


Le centre SERUKA appelle les personnes qui subissent les violences sexuelles à porter plainte et à poursuivre leurs bourreaux en justice jusqu’à la fin des procès. L’expérience a montré que les femmes qui persévèrent finissent par obtenir gain de cause selon les informations fournies par le la coordinatrice du centre SERUKA ; une organisation qui aide les victimes du viol.



Par: Isanganiro , samedi 21 novembre 2015  à 08 : 22 : 55
a

A l’exception de trois procès seulement, tous les autres procès des victimes du viol que le centre SERUKA a accompagné ont eu gain de cause. Le dédommagement des victimes reste néanmoins un défi à relever, indique la coordinatrice de ce entre, Josiane KARIRENGERA

Elle appelle toutes les femmes victimes des violences sexuelles à oser porter plainte. Le centre leur offre une assistance juridique en la matière.

Depuis l’année 2012, le centre a mis en place le volet assistance juridique après avoir constaté des difficultés énormes que rencontraient les femmes qui voulaient poursuivre les auteurs des violences sexuelles en justice.

Même si les victimes du viol étaient auparavant assistées juridiquement par l’organisation non gouvernementale Avocat Sans Frontière et l’APRODH, le renforcement de cet appui en assistance restait souhaitable.

Les femmes violées restent toujours victime de la culture burundaise, certaines victimes n’osent pas dénoncer leurs bourreaux, encore moins les poursuivre en justice. Même si le centre SERUKA accueille au moins 4 victimes du viol chaque jour, les cas qui restent inconnues restent nombreux.

Les autres préfèrent faire recours aux règlements à l’amiable entre parents et bourreaux s’il s’agit des enfants violées, ou entre familles s’il s’agit des voisins ; d’autres sont obligées de se marier avec leurs bourreaux par pression exercées sur les victimes.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

198 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

« Etre francophone ne suffit plus pour le monde d’aujourd’hui », constate un docteur en langue, lettres et traductologie, Remy ndikumagenge



a

Le PAM assiste les populations de Kirundo menacées par la famine



a

Le Burundi plaide pour l’augmentation de quantité des vivres destinés aux cantines scolaires



a

Les travailleurs de l’Ecole Indépendante réclament une réunion extraordinaire



a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !





Les plus populaires
Echec d’un projet d’élevage de poules suite aux fêtes de fin d’année,(popularité : 8 %)

Santé : Manque de devises, pas de médicaments,(popularité : 7 %)

Rumonge : Une trentaine de diplômes annulée au lycée Dama,(popularité : 6 %)

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »,(popularité : 5 %)

Rupture de Bactrim : RBP+ s’inquiète ,(popularité : 5 %)

Commémoration du 22e anniversaire de l’assassinat des élèves du Lycée Kibimba,(popularité : 5 %)

Rumonge : Travaux communautaires ou activités du CNDD-FDD ?,(popularité : 5 %)

Le Burundi affiche une malnutrition chronique chez les enfants de moins de 5 ans,(popularité : 5 %)

Burundi : Eloge Willy kaneza, la Zaina Erhaim burundaise,(popularité : 4 %)

Les universités publiques ont fermé les portes,(popularité : 4 %)