L’écoute de l’information en groupe désormais interdite à Rumonge


Les groupes d’écoute d’informations qui s’étaient constitués dans différents quartiers de la ville de Rumonge se sont démembrés depuis quelques jours. Des Imbonerakure planifiaient de les attaquer selon certains participants dans ces groupes, ce que rejette en bloc le représentant provincial des Imbonerakure de Rumonge.



Par: Isanganiro , samedi 21 novembre 2015  à 19 : 36 : 55
a

Il s’agit des groupes qui s’étaient constitués après la destruction des principaux médias privés burundais qui sont concernés. Ces groupes qui rassemblaient toutes les personnes désireuses d’écouter les informations surtout de la Radio France Internationale, de la BBC et de la Voix d’Amérique se sont démembrés depuis environ deux semaines notamment sur la route pavée entre le lycée Rumonge et le quartier Rukinga.

Selon un participant dans ces groupes, les Imbonerakure de Rumonge les accusaient de profiter de ces rassemblements pour entretenir après les informations des propos contre le 3ème mandat du président burundais Pierre Nkurunziza. Une réunion des Imbonerakure de Rumonge visant le démantèlement de ces groupes se serait tenue à Cunda sur la colline Mwange de la zone Kizuka en commune et province Rumonge.

Des sources auprès de certains Imbonerakure qui affirment qu’ils étaient dans cette réunion disent que des mesures allant dans le sens de démanteler ces groupes ont été arrêtées. Selon ces mêmes sources, il s’agissait soit de tirer sur les groupes en pleine écoute d’informations, soit enlever certains éléments plus gênants ou encore larguer des grenades sur ces groupes s’ils refusent d’obtempérer.

Après que certains Imbonerakure eurent averti certains participants dans ces groupes de toutes les tendaces politiques, ces groupes ont dû se démembrer malgré eux. Actuellement, chacun reste chez lui sans comprendre pourquoi.

Interrogé à propos, Ntahomvukiye Musafiri, représentant provincial des Imbonerakure de Rumonge, nie en être au courant. Il renvoie la balle aux Imbonerakure qui auraient participé dans la planification de ce coup et qui ont ensuite livré l’information. Au niveau de la police de Rumonge, l’on indique que la sécurité dans la ville et dans toute la province est assurée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

518 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 100 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 9 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 7 %)

« Bravo Ministries » au secours des prostituées,(popularité : 7 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 7 %)

Bujumbura : SOS à Tania ,(popularité : 7 %)

Burundi : Eloge Willy kaneza, la Zaina Erhaim burundaise,(popularité : 7 %)

Il faut s’ouvrir au monde extérieur pour combattre le chômage,(popularité : 7 %)

Sit-in du personnel de l’ISTEEBU pour réclamer leurs salaires depuis janvier 2012,(popularité : 7 %)

La grève générale largement observée, selon les organisateurs,(popularité : 7 %)