BUJUMBURA : formation des journalistes en matière de sécurité




Par: Isanganiro , dimanche 22 novembre 2015  à 21 : 00 : 07
a

Les journalistes burundais rencontrent actuellement beaucoup de difficultés dans la recherche de l’information dans leur travail en général et surtout en ces moments de crise. C’est ainsi qu’une trentaine de journalistes des différents médiats suivent depuis ce samedi une formation sur la sécurité, une formation organisée par une association américaine « Broardcasting Board of Governors », et suivie par la Radio Voix d’Amérique.

« Nous travaillons aujourd’hui sur un terrain houleux, l’insécurité qui prévaut dans le pays nous pousse à ne plus travailler comme il faut. Des fois nous sommes poursuivis, ou tout simplement on nous refuse l’information. Nous pouvons par exemple rencontrer des problèmes sur terrain, et pour le moment, moi je saurai comment m’y prendre parce que cette formation m’apprends beaucoup de choses même si des fois il est difficile de s’en sortir quand on est sérieusement visé », raconte l’un de ces journalistes qui suivent cette formation.

Ladite formation s’appuie essentiellement sur les techniques de secours quand une personne tombe dans des conflits armés sur terrain, les différents moyens de sauver la victime et les précautions à prendre dans la recherche de l’information en période de conflit.

« Il n’y a pas de solutions miracles face à un danger quelconque, seulement, il faut savoir vous y prendre, c’est vous qui devez juger, apprécier la situation et en trouver une solution, surtout il faut être en ordre avec la loi, l’éthique et la déontologie de votre métier, de notre métier », explique Tatiana, l’une des formateurs, une ancienne journaliste espagnole.

De son côté, le président du Conseil National de la Communication, CNC, lors de l’ouverture de l’atelier, a reconnu que les journalistes travaillent actuellement dans beaucoup de difficultés et les a appelés au courage et à la loi.

Richard Giramahoro a également remercie l’association organisatrice pour avoir songé aux journalistes en difficultés de travailler au point de vue de leur sécurité.

« C’est très bénéfique d’apprendre les techniques de secourisme parce que, non seulement les périodes de conflit que vous devez couvrir et/ou vous pouvez rencontrer des problèmes, vous pouvez aussi être victime d’un accident de roulage ou tout simplement rencontrer un autre incident qui vous fait du mal, comme ça vous saurez comment vous y prendre », indique le président du CNC.

Cette formation qui se termine mercredi de cette semaine intervient cependant au moment où certains medias ne sont pas fonctionnels depuis le mois de mai 2015 et au moment où certains journalistes ont fui le pays.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

323 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée



a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative





Les plus populaires
La décision de faire payer 300 fbu chez les dockers du marché dit chez Sion reste inchangée,(popularité : 5 %)

Malversations à la RTNB, le Syndicat SYRT dénonce un détournement d’1.5 milliards chaque année,(popularité : 4 %)

Le Général Rodrigue Bunyoni n’est plus ,(popularité : 3 %)

Rumonge : Le DCE sacrifie certains cours au lycée communal Cabara pour des intérêts inavoués,(popularité : 2 %)

Rumonge : L’enseignement en crise,(popularité : 2 %)

Bouteilles plastiques usagées, déchets « profitables »,(popularité : 2 %)

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais,(popularité : 2 %)

Les hépatites, maladies infectieuses dont plusieurs catégories de gens courent un risque ,(popularité : 2 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 2 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 2 %)