Crise au Burundi : MIPAREC appelle à la sauvegarde de la paix


A travers les comités de paix dans ses provinces d’intervention, le MIPAREC, Ministère de Paix et Réconciliation, accompagne la population dans la cohabitation pacifique. Selon le Pasteur Elie Nahimana, coordinateur des activités, les burundais doivent vivre dans la diversité de leurs idéologies. Ce ministère chrétien conseille les burundais et la communauté de sa zone d’actions à ne pas soutenir toute forme de violence.



Par: Isanganiro , lundi 23 novembre 2015  à 12 : 41 : 30
a

Face à la crise que vit le Burundi, Miparec et 14 autres organisations nationales et internationales réunis en synergie, viennent d’organiser des dialogues communautaires dans quelques quartiers de la Mairie de Bujumbura, précisément à Buterere et Mutakura en commune Ntahangwa.

Une trentaine de jeunes de différents partis politique ont pris part à ces dialogues communautaires. Le Pasteur Elie Nahimana, coordinateur des activités indique que cette plateforme a insisté sur la culture de paix et la gestion pacifique des conflits étant donné que Mutakura vient de faire face à ’une insécurité ces derniers temps. Soucieux d’avoir un Burundi uni et réconcilié, Miparec appelle les burundais à sauvegarder la paix pour un développement rapide.

Le Ministère de Paix et Réconciliation est né de la volonté d’accompagner et de former la population sur la coexistence et gestion pacifique des conflits. Il intervient dans 9 provinces du Burundi et œuvre à travers des comités de paix de la commune et ses démembrements. Ce ministère est présent au sud du Burundi à Makamba et travaille beaucoup plus sur la gestion des conflits liés à la terre « le guichet foncier ». En région centre, il réunit la commune Gitega et les communes frontalières. Le ministère est aussi présent dans la Région Est (province Ruyigi)




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

339 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi



a

Adoption de la liste des membres de la nouvelle CENI



a

Politique : Une prévision hésitante du retour des exilés politiques



a

Politique : Une crise au sein du CNARED à la veille du 5eme round du dialogue inter burundais



a

Le Burundi vers 2027



a

Bururi : Une destitution qui crée des remous



a

Politique : Est-ce un autre rendez-vous d’Arusha qui se dessine ?



a

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !



a

Diplomatie : Le conseil National de la sécurité préoccupé par les refoulés burundais du Rwanda



a

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke





Les plus populaires
Coopération : Trois experts de l’ONU déclarés persona non grata par le Burundi ,(popularité : 5 %)

Qui sont les nouveaux vice-présidents burundais ?,(popularité : 4 %)

Le parti UPRONA battu dans les législatives du 29 juin 2015,(popularité : 3 %)

Bujumbura : Une marche à Bujumbura contre la nouvelle résolution de l’ONU,(popularité : 3 %)

Présidence : Vagues de remaniements et de nominations,(popularité : 3 %)

Des enseignements ‘’diversions’’ du CNDD – FDD ,(popularité : 3 %)

Une feuille de route qui ne fait pas l’unanimité pour les élections de 2020 !,(popularité : 3 %)

L’ADC-Ikibiri insiste toujours pour les négociations avec le Gouvernement,(popularité : 3 %)

Le parti Uprona inaugure une permanence en décombres à Cibitoke,(popularité : 3 %)

Sa décision ne rime pas avec la constitution,(popularité : 3 %)