La crise actuelle ne devrait pas démobiliser les burundais mais plutôt leur servir de tremplin


Face à la crise actuelle au Burundi, les différences politiques ou ethniques devraient être la base d’un enrichissement mutuel, suggère Frère Emmanuel Ntakarutimana. Il faudrait un engagement d’hommes et de femmes qui voient loin, qui puissent créer un climat rassurant pour tout le monde.



Par: Isanganiro , mardi 24 novembre 2015  à 17 : 01 : 07
a

Selon frère Emmanuel Ntakarutimana, le Burundi vit une mutation historique accompagnée de violences à la manière des tournants à l’instar du passage de la royauté à la république ou celle de Ntega-Marangara en 1988. Ce moine explique que les négociations de Kajaga ou de San Egidio, ont été une thérapie socio-politique. Il estime que cette thérapie a permis aux fils et filles de ce pays de s’asseoir autour d’une même table pour une dynamique nouvelle de concessions raisonnées.

Ce dont le Burundi a le plus besoin aujourd’hui, c’est une figure d’Etat qui sait affermir le capital social et développer ensemble une même vision. Le calme, la sagesse et la clair-vision sont de nature à caractériser ces hommes et femmes d’Etat. Des figures rassemblant les burundais en entente nouvelle dans la logique gagnant –gagnant.

Les affrontements secouant le Burundi ne peuvent pas démobiliser les burundais. Il faut faire de la crise actuelle une chance pour une remontée du pays avec une plus-value par rapport aux dix dernières années. Il conseille aux dirigeants de développer des mécanismes qui permettent aux burundais de ne plus retomber dans une guerre civile. Ce tournant historique que connait le pays doit nous donner plus de force pour affronter l’histoire au niveau de la région des grands lacs où le Burundi doit jouer son rôle.

La situation économique instable, bombe à retardement

Depuis que le Burundi est entré en confrontations, la situation économique du pays continue à se détériorer. Si la situation économique n’est pas stabiliser le Burundi est assis sur une bombe à retardement, explique frère Emmanuel Ntakarutimana car la faim et le chômage sont de grands facteurs d’instabilité. Il faut une politique qui ramène la confiance chez les partenaires tant nationaux qu’internationaux avec une vision économique permettant une renaissance économique. Selon toujours Frère Ntakarutimana les responsables de ce pays devraient ouvrir le pays à une gestion responsable et raisonnée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

292 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

La demande d’Agathon Rwasa rejetée



a

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais



a

Une vingtaine d’ONGES au Burundi « se sont déjà repliées » !



a

Benjamin Mkapa renvoie la balle au médiateur Museveni



a

Arusha : Ouverture solennelle du dialogue à l’absence du gouvernement



a

Médias : « Plus très suivi , plus très monitoré », selon le CNC



a

« Dialogue » ou « Monologue » ?



a

Partenaires techniques et financiers du Burundi réclament des clarifications sur la loi régissant les ONGE !



a

Certains invités au 5ème round du dialogue inter burundais affichent un recul



a

La province Gitega décide d’enlever les pancartes de Nyambeho controversées





Les plus populaires
Des coups de feu melés de la confusion au Burundi ce matin,(popularité : 7 %)

France : Quai d’Orsay sur la poursuite des violences au Burundi,(popularité : 5 %)

La demande d’Agathon Rwasa rejetée,(popularité : 4 %)

L’envoi des soldats burundais au Mali pour bientôt ,(popularité : 3 %)

Vers la dissolution de certains partis politiques,(popularité : 3 %)

Dossier Rwasa : Un analyste appelle à la prudence de Bujumbura ,(popularité : 3 %)

Politique : PISC et CAPES+ rejettent les conclusions du 5ème round du dialogue inter burundais,(popularité : 3 %)

L’uprona, aile de la réhabilitation, soutient l’appel à la grève lancé par la société civile sur la vie chère,(popularité : 3 %)

La politique de décentralisation reste lacunaire selon le Senat ,(popularité : 3 %)

Mbonabuca s’attaque aux médias et à la société civile ,(popularité : 3 %)