La CNIDH plaide pour la reprise des activités des medias et de la société civile mais de façon responsable


Au terme d’une visite d’une délégation du parlement panafricain de ce mardi 24 novembre 2015, le Président de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) dit avoir partagé avec cette délégation les activités de plaidoyer de la commission pour assainir la situation dans le pays.



Par: Isanganiro , mardi 24 novembre 2015  à 17 : 07 : 35
a

« Nous sommes en train de faire un plaidoyer pour encourager des autorités de prendre des décisions pour une reprise normale des activités des médias en faisant attention surtout aux responsabilités individuelles qu’il va falloir distinguer de façon nette de la responsabilité corporative », a indiqué le président de la CNIDH.

Jean Baptiste BARIBONEKEZA estime nécessaire une réflexion profonde pour voir comment encadrer le travail des organisations de la société civile pour qu’on ait une société civile qui reprend ses activités de façon responsable et dans le respect de la loi.

Le leader de la CNIDH indique qu’il a échangé avec la délégation du parlement panafricain sur la question relative aux responsables des organisations de la société civile et défenseurs des droits de l’homme qui ont quitté le pays par peur pour leur sécurité.

Jean Baptiste BARIBONEKEZA dit avoir également évoqué avec les visiteurs la question de la violence dans la capitale Bujumbura qu’il qualifie de préoccupante : « En tant que défenseur des droits de l’homme, chaque mort nous préoccupe ».

Depuis la fin du mois d’avril, la violence secoue la capitale Bujumbura. Le président de la CNIDH encourage les acteurs dans la crise burundaise à s’engager dans la voie du dialogue pour échanger et éviter de poursuivre les revendications politiques à travers la violence armée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

327 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts



a

Droits de l’Homme : Des effectifs pléthoriques dans les prisons du Burundi



a

Droits de l’homme : Le Burundi dans la persistance des violations de droits humains selon l’ONU



a

Le parquet général met en place une commission d’enquête sur le carnage de Ruhagarika



a

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes



a

Justice :Un militant du parti au pouvoir condamné à 3 ans de prison pour tenue de propos haineux



a

Droits l’homme l’homme : Le cimetière de Mpanda inondé



a

Kayanza : 5 ans de prison ferme contre une dizaine d’enseignants de Murambi



a

Dossier PARCEM, « l’affaire loin d’être terminée »



a

Burundi : CNIDH perd les points





Les plus populaires
Télécommunication : Des bureaux de LUMITEL presque déserts,(popularité : 7 %)

La CNIDH sensibilise les autorités locales sur les principe de protection des droits de l’homme,(popularité : 2 %)

Massacre des Banyamulenge : La vérité reste attendue ,(popularité : 2 %)

Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)

Probablement veuve et orphelin à cause de Rwembe ,(popularité : 2 %)

Muyinga /CVR Les agents de déposition sont déjà désignés sur les collines,(popularité : 2 %)

Buta : 21 ans après l’assassinat des 40 séminaristes,(popularité : 2 %)

L’Ombudsman est désavoué par certains des siens ,(popularité : 2 %)

Tanzanie : Sinduhije détenu atrocement, déplore Me Maingain,(popularité : 2 %)

Les déplacés de guerre ne sont pas disposés au retour sur leurs collines d’origines,(popularité : 2 %)