La CNIDH plaide pour la reprise des activités des medias et de la société civile mais de façon responsable


Au terme d’une visite d’une délégation du parlement panafricain de ce mardi 24 novembre 2015, le Président de la Commission Nationale Indépendante des Droits de l’Homme (CNIDH) dit avoir partagé avec cette délégation les activités de plaidoyer de la commission pour assainir la situation dans le pays.



Par: Isanganiro , mardi 24 novembre 2015  à 17 : 07 : 35
a

« Nous sommes en train de faire un plaidoyer pour encourager des autorités de prendre des décisions pour une reprise normale des activités des médias en faisant attention surtout aux responsabilités individuelles qu’il va falloir distinguer de façon nette de la responsabilité corporative », a indiqué le président de la CNIDH.

Jean Baptiste BARIBONEKEZA estime nécessaire une réflexion profonde pour voir comment encadrer le travail des organisations de la société civile pour qu’on ait une société civile qui reprend ses activités de façon responsable et dans le respect de la loi.

Le leader de la CNIDH indique qu’il a échangé avec la délégation du parlement panafricain sur la question relative aux responsables des organisations de la société civile et défenseurs des droits de l’homme qui ont quitté le pays par peur pour leur sécurité.

Jean Baptiste BARIBONEKEZA dit avoir également évoqué avec les visiteurs la question de la violence dans la capitale Bujumbura qu’il qualifie de préoccupante : « En tant que défenseur des droits de l’homme, chaque mort nous préoccupe ».

Depuis la fin du mois d’avril, la violence secoue la capitale Bujumbura. Le président de la CNIDH encourage les acteurs dans la crise burundaise à s’engager dans la voie du dialogue pour échanger et éviter de poursuivre les revendications politiques à travers la violence armée.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

354 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré



a

Burundi-Médias : Que risque la RFI ?



a

Buta a commémoré le 22ème anniversaire de l’assassinat des 40 séminaristes, martyrs de la fraternité



a

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école



a

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison



a

L’office du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme ferme ses portes au Burundi



a

La CNIDH change de "look"



a

L’Ombudsman burundais tranquillise une famille qui crie à ‘’une spoliation de sa parcelle’’



a

En brève : quatre personnes emprisonnées dont Nahum Barankiriza



a

Bujumbura promet des poursuites judiciaires contre la BBC





Les plus populaires
Rumonge : le nouveau directeur du centre de formation professionnelle de Gatete incarcéré,(popularité : 6 %)

Comparution de Léonce Ngendakumana ,(popularité : 4 %)

Les survivants du « génocide de 1972 » dans les rues de New York en mai ,(popularité : 3 %)

Ruyigi : Les enfants incarcérés réclament une école ,(popularité : 3 %)

L’affaire de gribouillage de photos qui conduit trois écolières de kirundo en prison ,(popularité : 2 %)

Probablement veuve et orphelin à cause de Rwembe ,(popularité : 2 %)

Patrice Mazoya est locataire de cette prison ,(popularité : 2 %)

Exécutions extrajudiciaires : Le gouvernement ne pouvait pas se culpabiliser ,(popularité : 2 %)

Exécution extrajudiciaire : abus de langage au Burundi,(popularité : 2 %)

Ngozi : Un OPJ attrapé en flagrant délit dans une affaire de corruption,(popularité : 2 %)