Le Président des États-Unis impose des sanctions contre 4 personnalités Burundaises


Le Président des Etats-Unis a pris des sanctions contre 4 personnalités impliquées d’une manière ou d’autre dans des actes ‘’déstabilisateurs de la sécurité’’. 2 de ces personnalités sont des hauts cadres du Ministère de la sécurité publique au Burundi, tandis que les 2 autres furent des hauts cadres du Ministère de la défense, mais sont aujourd’hui des opposants du pouvoir de Bujumbura.



Par: Isanganiro , mercredi 25 novembre 2015  à 09 : 26 : 22
a

Selon le décret du Président Obama, ces sanctions s’imposent suite à la menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale de la politique étrangère des Etats Unis posée par la situation au Burundi. Ces sanctions sont le gel de leurs biens et intérêts se trouvant aux Etats-Unis, l’interdiction aux citoyens Américains de faire des affaires avec eux, ainsi que l’interdiction des visas. Pour le Président Obama, ces sanctions ne visent pas le peuple Burundais, mais plutôt des individus qui commettent des activités contribuant à la tourmente, aux menaces de la paix et la violation des droits de l’homme.

Le Commissaire Alain Guillaume Bunyoni, l’actuel ministre de la sécurité publique et le Commissaire Godefroid Bizimana, le Directeur général adjoint de la police nationale sont visés par cette mesure.
A. Guillaume Bunyoni, est sanctionné pour son rôle dans la supervision des organes de sécurité du gouvernement, y compris la police nationale, une institution dont les membres sont, selon les états unis, engagés dans des actions ou des politiques qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité du pays. ’’Sous Bunyoni, la police a mené, en coopération avec la milice imbonerakure des actes visant à intimider et a réduire au silence ceux qui s’opposent ou qui sont perçus comme des opposants du Gouvernement’’.

Godefroid Bizimana, qui avait aussi été sanctionné par l’union Européenne, est pointé du doigt pour avoir dirigé les opérations de la police nationale du Burundi, qui ont perturbé les manifestations pacifiques des opposants, y compris par l’ usage disproportionné de la force et les actes de répression violente. Selon ce document, la PNB est une entité dont les membres sont engagés dans des actions ou politiques qui menacent la paix, la sécurité ou la stabilité du Burundi, les violations des droits de l’homme, et des actions ou politiques qui interdisent, limitent et pénalisent la liberté d’expression ou la liberté de réunion pacifique.

Les 2 autres anciens cadres du Ministère de la défense qui sont aujourd’hui opposés au pouvoir de Bujumbura cités dans ce décret sont, le Général Godefroid Niyombare, l’ancien Chef d’Etat-major de l’armée et ancien patron du service national de renseignement, et le Général Cyrille Ndayirukiye, ancien ministre de la Défense.
Ils sont sanctionnés pour leur tentative de renverser le gouvernement en Mai 2015, une action qui a contribué à la détérioration de la stabilité au Burundi. « Niyombare a ordonné la fermeture des frontières terrestres du Burundi et de son Aéroport principal dans une tentative d’arrêter Nkurunziza de retour de la Tanzanie’’.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

610 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message