Une même région, les mêmes défis ̣̣


Le partage de la même région des grands lacs entre le Burundi, le Rwanda et la RDC influe sur le partage de certains défis de populations des 3 pays. Selon une étude menée par le Centre d ̛̛̛̛alerte et de Prévention des Conflits, les populations des 3 pays souhaitent que les autorités en discutent pour trouver une issue.



Par: Isanganiro , vendredi 27 novembre 2015  à 19 : 16 : 25
a

Certaines menaces à la sécurité de la région des grands lacs découlent des défis communs des populations des 3 pays de la sous région. A titre illustratif, la problématique d’accès aux terres dans un contexte de déplacement des populations est une grande source de conflit, selon Liberate Akimana, Vice-Présidente du Cenap.

Suite aux guerres ou autres conflits dans les 3 pays, les gens sont obligées de quitter leurs terres, qui sont alors accaparées par les autres , a dit la vice-présidente du Cenap. Liberate Akimana a précisé dans une interview, que la manière dont cette question est gérée par les décideurs est une autre façon qui peut être considérée comme une source de conflit.

Pour elle, avec les résultats de la recherche menée, les autorités pourront prendre connaissance des difficultés de gestion des terres et faire une harmonisation des textes pour que les populations des 3 pays qui se déplacent puissent trouver justice par rapport a la manière dont ils pourront encore une fois accéder à leurs terres.

Les autres défis communs des 3 pays de la région des grands lacs sont entre autres la circulation des armes comme élément pouvant alimenter les conflits, le problème de manque de la culture démocratique des autorités, la manipulation identitaire pour accéder aux terres et autres. Selon Liberate Akimana, cette étude a montre que les populations des 3 pays souhaitent que les autorités à haut niveau se rencontrent pour discuter sur ces défis et trouver des solutions.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

181 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %



a

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance





Les plus populaires
Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 10 %)

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.,(popularité : 5 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 4 %)

SOS : Plus de 40 millions à payer à l’hôpital pour libérer un enfant victime d’un incendie,(popularité : 3 %)

Les vaches en débandade dans la réserve naturelle de la Rukoko,(popularité : 3 %)

Burundi : Maquillage, le revers de la médaille,(popularité : 3 %)

Musée Vivant , site intéressant au Burundi mais moins enrichi,(popularité : 3 %)

Le directeur de l’Hôpital de Rumonge accusé de mauvaise gestion du personnel ,(popularité : 3 %)

18ème albinos tuée, les organisations privées se lèvent pour dire assez !,(popularité : 2 %)

Bubanza : Classes pléthoriques, indicateur d’une forte croissance ,(popularité : 2 %)