Où sont allées plus de dix milles vaches qui...


Où sont allées plus de dix milles vaches qui vivaient dans la réserve naturelle de la Rukoko depuis des années et qui y ont été chassées l’année passée pour question de sécurité d’un côté , et pour des raisons de sauvegarde de l’environnement de l’autre côté ?Ce qui est évident, c’est que les éleveurs sont en conflit permanent avec les agents de l‘INCN (Institut National pour la conservation de la Nature) parce que les vaches qui ne trouvent pas de pâturages ailleurs continuent à brouter dans le périmètre interdit, ce que ne supportent pas le ministère de l’environnement. Les éleveurs déplorent le fait que pas mal de vaches ont fini par fuir vers la République Démocratique du Congo (RDC) où il y a encore des espaces vastes pour l’élevage selon les représentants de l’ASSELGI TWORORE (association des éleveurs de Gihanga) qui déplorent les faits et qui précisent que c’est une grande perte, en même temps pour le pays et pour toute la population.



Par: Isanganiro , dimanche 29 novembre 2015  à 19 : 54 : 25
a

« Je viens de payer quatre cent mille fr bu pour mes vingt vaches attrapées dans le périmètre de l’INCN, juste en dessous de la RN5, (la route Bujumbura Rugombo), à l’entrée de la réserve de l’INCN, c’est à la neuvième transversale de la commune Gihanga. Je suis vraiment désolé, je n’ai plus ou amener mes vaches, elles ne trouvent plus de pâturages et une fois qu’elles sont attrapées, même à la périphérie de la réserve naturelle de la Rukoko, elles sont accusées de divagation dans la zone interdite et taxées d’une amende de vingt mille fr par tête », se lamente Gahungu Claver dont ses vingt vaches ont été attrapées par les agents de l’INCN ce vendredi. Il les a récupérées après avoir payé l’amende exigée puisqu’elles étaient enfermées, tout comme beaucoup d’autres vaches des éleveurs de Gihanga, dans un enclos aménage pour cette fin dans la même réserve de la Rukoko.

Dans l’association ASSELGI TWORORE (Association des Eleveurs de Gihanga) regroupant les éleveurs de cette localité, c’est la désolation totale et cela depuis que les vaches ont été chassées de la Rukoko. Elles ne trouvent plus de pâturages et les confits éleveurs- cultivateurs sont permanents.

« Nos vaches n’ont plus d’espace de pâturages depuis qu’elles ont été chassées de la Rukoko. Partout, nous nous heurtons aux cultures et une fois qu’elles sautent là où il y a encore des herbes, dans la Rukoko nous sommes illégalement taxes de vingt mille fr par vache, une amende qui n’est reconnue dans aucune loi. Nous savons seulement que l’amende reconnue pour divagation de bétail est de deux mille fr bu seulement », se lamente Bimenyimana Ernest, conseiller juridique dans la même association.

Certains éleveurs, après avoir été chasses de la Rukoko ont préfère amener leurs troupeaux dans le pays voisin, la RDC, où ils vivent jusqu’aujourd’hui. « Beaucoup de nos voisins ont amené leurs troupeaux au Congo, même d’autres sont en train de chercher comment partir, c’est une grande perte pour la population et pour le pays », ajoute Ernest Bimenyimana.

A titre de rappel, plus de dix mille vaches ont été chassées de la Rukoko, il y a presque une année, par les forces de l’ordre pour des raisons de sécurité selon les autorités. Les attaques armées étaient devenues intensives à Gihanga, les bergers et les éleveurs étaient accusés de complicité et de collaborer avec les malfaiteurs. Aussi c’était pour sauvegarder la réserve naturelle de la Rukoko selon les mêmes autorités.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

473 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo



a

Bubanza : plus de 500 enseignants inscrits de force dans des syndicats



a

Moins de 10% de taux de réussite à l’examen d‘état au lycée Bubanza.



a

Burundi : Vers une délimitation définitive des zones de frayère dans le lac Tanganyika



a

Rumonge : Le Burundi célèbre la journée internationale dédiée à la fille



a

Le Japon finance la CFP/OPDE à plus de 140 millions de francs burundais



a

Le parlement burundais recommande la prolongation du mandat de la CVR



a

Education : les universités privées n’ont qu’un taux de réussite de 21 %





Les plus populaires
Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques,(popularité : 8 %)

Pourquoi l’investiture des Bashingantahe ?,(popularité : 3 %)

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative,(popularité : 3 %)

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo ,(popularité : 3 %)

Ils fuient Bujumbura,(popularité : 3 %)

Université du Burundi : La commémoration des massacres reportée à la dernière minute ,(popularité : 3 %)

Nyanza lac : Des escrocs se font agents de la CNTB ,(popularité : 3 %)

L’Ombudsman et le Ministre de l’Intérieur dans le collimateur de la COMIBU,(popularité : 3 %)

Burundi : La terre, un des défis pour le retour des réfugiés ,(popularité : 3 %)

Le Burundi parmi les pays les plus éxposés à la faim ,(popularité : 3 %)