Les travailleuses de sexe ont faim en cette période de crise


Les prostituées font face aujourd’hui à un manque criant de clients. Cela fait suite à la crise socio-économique que traverse le pays.



Par: Isanganiro , vendredi 4 décembre 2015  à 19 : 50 : 26
a

« Nous avons tellement faim ces jours de crise puisque certains de nos clients ont fui le pays d’autres n’ont plus de moyens pour nous payer d’autres encore ne veulent plus de nos services puisqu’ ils ont d’autres priorités » dit une des travailleuses de sexe trouvée au siège de l’organisation de lutte contre le V.I.H Sida RBP+ qui a requis l’anonymat.

« Si par chance un de mes clients m’appelle par téléphone, je n’hésites pas à le joindre même si il habite dans des quartiers où l’on tire des coups de feux tout le temps. Je suis obligé de foncer dans ces quartiers malgré les tirs. Vaut mieux mourir des tirs que de faim ». Ajoute cette prostituée.

Espérance Nijimbere est une psychologue de la RBP+ qui cause, anime et sensibilise ces prostituées contre les maladies sexuellement transmissible, elle reçoit une soixante par séance, elle dit que les travailleuses de sexe peuvent avoir un rôle dans la lutte contre le Sida, elles peuvent refuser de faire des rapports sexuels non protégés, incitant ainsi leurs clients à développer un comportement responsable.

« Une des conséquences fâcheuses de la crise politique que rencontrent les séropositives est que pendant les tirs les porteurs de V.I.H en phase maladies ne peuvent plus aller chercher leurs médicaments à cause de l’insécurités.

Certains peuvent faire 4 à 5 jours sans prendre les médicaments s’il est interdit de quitter les quartiers. Des rapports venus des volontaires dans les quartiers montrent clairement que des cas pareilles ne cessent d’augmenter du jour le jour » dit Madame la psychologue qui travaille directement avec ces volontaires.

Selon toujours elle, autour de 50% de ces travailleuses abandonnent leur travail si elles sont bien encadrée et bénéficient des AGR (activités génératrice de revenus).




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

857 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Le secteur de l’éducation "en ruine" !



a

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...



a

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants



a

Bubanza : le lycée kanura de Gihanga, confrontée à plusieurs difficultés



a

Buyenzi : Les filles et femmes face à l’éducation conjugale !



a

Le plan innovant de la ville de Bujumbura 2020-2045 : Les habitants de Gihanga s’inquiètent



a

Burundi-Education : Un nouveau campus de l’ENS s’ouvre à Mugara



a

Rumonge : Des enseignants réclament les frais de documents pédagogiques



a

Rumonge : La divagation du bétail se poursuit malgré l’opposition administrative



a

Kayanza : l’ambassadeur du japon au Burundi inaugure une adduction d’eau potable à Gahombo





Les plus populaires
Le secteur de l’éducation "en ruine" !,(popularité : 66 %)

Neuf institutions universitaires interdites d’enrôler de nouveaux étudiants,(popularité : 9 %)

« Je ne vois pas comment le directeur ne nous...,(popularité : 7 %)

Bujumbura : Chasse aux Prostituées,(popularité : 6 %)

Karusi : Un hôpital équipé mais qui manque de médecins spécialisés,(popularité : 5 %)

Région ouest : Carence de sang au CNTS ,(popularité : 4 %)

Le gouvernement américain soutient la réinstallation des réfugiés congolais,(popularité : 3 %)

BUBANZA : Plus de 40 millions de Fbu détournés dans le CAPRIMU.,(popularité : 3 %)

Hôpital général de Mpanda : des lieux d’aisance non fonctionnels ,(popularité : 3 %)

Les revendications salariales ont-elles raison d’avoir lieu ? ,(popularité : 3 %)