Billets de 1000 FBU à Cibitoke : La population en colère


La population de Cibitoke est mécontente de la mesure restrictive de la circulation de l’ancienne monnaie de mille franc burundais. Alors que la période accordée par la BRB pour le retrait de ces billets a expiré le 30 novembre, la population de Cibitoke demande au gouvernement de revoir la mesure.



Par: Isanganiro , lundi 7 décembre 2015  à 11 : 54 : 56
a

Ces billets circulent toujours dans les boutiques, les alimentations et les magasins qui se trouvent dans la province de Cibitoke malgré la décision de l’Etat, en témoigne une foule de gens en file d’attente à l’entrée des banques en province de Cibitoke ce dimanche 6 décembre.

Au niveau des marchés, les vieillards, les hommes et femmes et les jeunes filles et garçons provenant des communes enclavées de la province se disent étonnés de cette mesure qui, pour eux, semble tomber du ciel, faute des radios qui n’émettent pas dans leurs villages lointains, disent-ils, alors que leurs billets de 1000 Francs sont rejetés par les commerçants de la province de l’ouest du pays.

Dans les banques, c’est le même scenario, l’on y voit des personnes nanties qui se plaignent. La majorité est formée par les commerçants provenant de Mabayi et Mugina.

Ces derniers se disent étonnés de cette décision de l’Etat : « C’est une mesure qui tombent au moment où les billets qui restent en circulation restent jusqu’ici très nombreux », se lamente l’un des commerçants en colère rencontré au chef-lieu de la commune de Bukinanyana.

Ils se demandent ce qu’ils vont faire de ces billets au moment où ils ne sont plus acceptés par les autres banques, sauf la BRB seulement.

Ces commerçants demandent toutefois au gouvernement burundais de revoir cette mesure parce qu’il y’a beaucoup de gens qui n’ont pas encore échangé ces billets.

L’échange se fait à la Banque de la République du Burundi avec un retrait de 5% sur chaque billet de mille francs burundais.

C’est du moins le contenu d’une correspondance émise en date du 01 décembre courant par la Gouverneur de la Banque de la République du Burundi.

Cette correspondance explicite que cette date avait déjà été informée d’avance à l’endroit de toute la population.

Pour ce, clarifie cette correspondance, ceux qui se sont vus retardés, sont priés d’approcher la Banque de la République du Burundi qui se trouve dans la ville de Bujumbura et ses agences localisés respectivement dans les provinces de Ngozi et Gitega.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

250 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques



a

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau



a

L’Onu reste au côté du Burundi



a

Rumonge : La rivière Dama menace la palmeraie de ses environs



a

Muyinga : L’électrification du centre de Rugari traine malgré la disponibilité du matériel sur terrain



a

Burundi : Classement des hôtels burundais, Royal Palace qualifié



a

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout



a

Muyinga : La clientele de regideso réclame les compteurs électriques



a

Energie : La province Cibitoke dépourvue de carburant depuis une semaine



a

Burundi : La SOSUMO tend vers la réorganisation





Les plus populaires
Les jeunes entrepreneurs réclament un appui des autorités publiques ,(popularité : 24 %)

Commerce : « Niet, plus d’accès au marché de Gatunguru-Karama »,(popularité : 7 %)

BE-SWIFT, une carte pour retirer de l’argent partout,(popularité : 5 %)

La hausse de prix des produits de Brarudi tombe à l’eau ,(popularité : 4 %)

Transport : Kenya Aiways cède pour Air Tanzania à Bujumbura ?,(popularité : 4 %)

L’Onu reste au côté du Burundi ,(popularité : 3 %)

Burundi : Une banque accusée de « spolier les commerçants »,(popularité : 3 %)

La Banque centrale s’acquitte de ses responsabilités ? ,(popularité : 3 %)

Burundi : "A quel prix se vend le ciment burundais ?", s’interrogent les vendeurs,(popularité : 3 %)

Burundi : Les réformes économiques burundaises épatent les investisseurs ,(popularité : 3 %)