Rumonge : Aucune goutte d’eau potable depuis samedi soir dans la ville


La ville de Rumonge est privée d’eau potable depuis le soir de ce samedi 5 décembre 2015. Les résidents se sont rabattus à l’eau du lac Tanganyika. Ils craignent des maladies des mains sales et demandent à la Régie de production de l’eau et de l’électricité d’intervenir le plus rapidement possible.



Par: Isanganiro , lundi 7 décembre 2015  à 11 : 55 : 03
a

Le réseau hydraulique qui alimente la ville de Rumonge en eau buvable à partir des collines de Burambi est coupé depuis ce samedi soir au niveau de la rivière Dama. Depuis lors, l’eau buvable est introuvable dans la ville de Rumonge où un bidon de 20l qui parvenait dans les buvettes et restaurants à 300fbu était à 400fbu, les 100fbu revenant aux transporteurs obligés de s’approvisionner en dehors de la ville.

Les habitants de la ville de Rumonge, les élèves actuellement en examens y compris, s’approvisionnent en eau à partir du lac Tanganyika, réservoir des germes des maladies des mains sales. Ils demandent à la REGIDESO de renormaliser la situation avant qu’il ne soit tard. Entre temps, Charles Bikorimana chargé de l’hygiène et assainissement en commune Rumonge, demande aux habitants de Rumonge de bouillir cette eau avant de la consommer.

Contacté à propos, J.Bosco Havyarimana, responsable de la REGIDESO dans le sud du Burundi, indique que le matériel commandé dans les stocks de Bujumbura pourra arriver à tout moment pour réparer la panne. « Mais pour combien de temps puisque les crues de la Dama cassent au moins trois fois par saison pluvieuse ce réseau » ? S’interrogent les habitants de la ville de Rumonge.

Le courant électrique avait également été coupé depuis ce dimanche soir, rendant impossible même le pompage de l’eau dite jaune qui servait notamment dans la cuisine et dans la toilette. Vers 10h de ce lundi 7 décembre 2015, le courant a été rétabli. Mais il faudra attendre le soir ou ce mardi matin pour que le pompage soit effectif, apprend₋on du centre REGIDESO à Rumonge.




Twitter cet article// Partagez cet article sur Facebook

188 ont visité l'article



Votre réaction sur l'article/émission/brève..

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Ecrire un message à l'auteur de cet article

Envoyer un message



Dans la même rubrique
a

Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école



a

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés



a

Rumonge : À quand les factures de l’électricité ?



a

Bubanza : pandémie du paludisme



a

Muyinga : halte à la démographie galopante



a

Chômage : des députés souhaitent des conventions d’embauche à l’étranger



a

Urbanisme : OBUHA, au service des villes burundaises



a

Assemblée nationale : la réinsertion des enfants de la rue jugée peu productive



a

Bujumbura : grogne des taxi-vélos membres de la Sotavebu



a

Bujumbura : introduction d’un nouveau cahier de ménage





Les plus populaires
Bubanza:15 élèves définitivement renvoyés de l’école,(popularité : 100 %)

Journée internationale des réfugiés : Plus de 70 milles réfugiés burundais sont déjà rentrés,(popularité : 7 %)

Kayanza : Gatara, la commune plus peuplée,(popularité : 6 %)

Muyinga- Les élèves de l’ECOFO fiers des sections et filières choisis pour l’enseignement après le collège,(popularité : 5 %)

Cooptation d’une note de 10% aux finalistes de l’école secondaire,(popularité : 5 %)

Cultures vivrières : Un défi pour le Burundi,(popularité : 4 %)

Pénurie d’eau au chef-lieu de Cibitoke : risques des maladies des mains sales ,(popularité : 4 %)

Tentative de viol à Cibitoke : Une affaire politique ou pénale ? ,(popularité : 4 %)

Cibitoke : les syndicats des enseignants contre les contributions obligatoires ,(popularité : 4 %)

Burundi : Quand la “vie” du scanner de Karuzi est dans les mains du ministère de la santé,(popularité : 4 %)